Cooptation des chefs coutumiers : la présélection fixée du 4 au 5 février prochains (CENI)

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a, à travers un communiqué de presse rendu public ce lundi 29 janvier, fixé du 4 au 5 février prochains, le chronogramme de la cooptation des chefs coutumiers en République démocratique du Congo (RDC).

Cette présélection, à en croire la centrale électorale, se fera par territoire. Le chef d’Antenne de la CENI réunira en assemblée tous les chefs coutumiers du territoire en vue de la présélection des chefs coutumiers, candidats à la cooptation, en se servant de la liste transmise à la CENI par le ministère ayant les Affaires coutumières dans ses attributions.

Cependant, aucun chef coutumier ne peut être coopté au cours de deux législatures successives, prévient l’organe électoral. Le principe de rotation des candidats chefs coutumiers devra s’appliquer en tenant compte des diversités ethniques du territoire ou de la province selon le cas et du genre.

Publicité

Le Bureau de l’assemblée de présélection des chefs coutumiers représentant le territoire est composé d’un président (le Chef d’Antenne de la CENI), d’un rapporteur (l’informaticien de l’Antenne) et d’un assesseur (le logisticien de l’antenne). Le même bureau est assisté par un représentant du ministère ayant les Affaires coutumières dans ses attributions. Avant le début des opérations de présélection, le bureau procède à la vérification des mandats ainsi que de la carte d’électeur.

« Le rapporteur donne lecture de la liste définitive des chefs coutumiers du territoire telle qu’arrêtée avant la tenue de l’assemblée par le représentant du ministère ayant les affaires coutumières dans ses attributions. Il vérifie, avec l’assistance représentant du ministère ayant les affaires coutumières dans ses attributions, la présence et l’identité des participants », précise le communiqué.

Les chefs coutumiers sont présents en personne ou peuvent se faire représenter par un délégué porteur d’une procuration avec signature du chef coutumier empêché. Alors que tout participant à l’assemblée de présélection qui, après vérification des mandats, n’est pas retenu ne peut être admis dans l’assemblée pour continuer les opérations.

Quant au président de l’assemblée de présélection, il informe les candidats chefs coutumiers qu’ils disposent du reste de la journée pour se concerter aux fins de la présélection par consensus du représentant de leur territoire, tandis que la gestion de la concertation préalable est laissée à l’initiative des chefs coutumiers eux-mêmes. Mais cette gestion ne peut se tenir qu’au cours de la première journée de la tenue de l’assemblée de présélection.

Si le consensus est trouvé sur un candidat chef coutumier, l’assesseur a l’habilité d’établir un procès-verbal des opérations de présélection. Ce dernier est signé par concertation par tous les candidats et les membres du bureau de l’assemblée de présélection.

Le candidat chef coutumier, lui, est présélectionné avec ses deux suppléants chefs coutumiers, en tenant compte de la représentativité de la femme, s’il échet.
En cas d’échec, un vote est organisé le jour suivant.

« Aucune nouvelle candidature n’est admise pour la tenue de cette élection. Le retrait de candidature est admis », indique la CENI.

Odon Bakumba

1 comments

Comments are closed.

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading