Bombardements à Mweso : la communauté humanitaire « troublée par les graves atteintes au droit international »

La communauté humanitaire est profondément préoccupée par une nouvelle escalade de violence dans la province du Nord-Kivu, suite aux combats qui opposent la coalition FARDC-Wazalendo aux terroristes du M23, soutenus par le régime de Kigali.

Dans une déclaration parvenue à POLITICO.CD, le Coordonnateur humanitaire en RDC Bruno Lemarquis a exprimé cette inquiétude face à la nouvelle escalade de violence dans la province du Nord-Kivu.

« La communauté humanitaire est profondément troublée par les graves atteintes au droit international humanitaire commises ces derniers temps, avec des combats ayant coûté la vie à de nombreux civils, dont des femmes et des enfants, notamment à Mweso, où un bombardement dans un quartier résidentiel le 25 janvier a causé la mort de 19 personnes et blessé plus de 20 personnes », a déclaré Bruno Lemarquis.

Publicité

Les parties au conflit sont rappelées à leur devoir de protection des populations civiles qui, dit-il, ne sauraient être la cible des combats et ont le droit d’obtenir les secours appropriés.

Les conséquences humanitaires de l’intensification récente des violences sont alarmantes. Environ 8 000 personnes déplacées internes ont cherché refuge près de l’hôpital de Mweso faisant planer le risque d’un nouveau drame si les combats s’intensifient à proximité de cette installation vitale qui doit être protégée, selon le droit international humanitaire.

La zone de santé de Mweso qui compte plus de 251 000 personnes, est actuellement dans un besoin urgent d’assistance humanitaire.

« Il est crucial de garantir la sécurité des travailleurs humanitaires et des civils afin de permettre que l’assistance leur parvienne et empêcher une aggravation de la situation humanitaire », a-t-il poursuivi.

Cette récente escalade de violence rappelle tragiquement les souffrances endurées depuis des années par les populations civiles affectées par le conflit dans le Nord-Kivu. Plus de 2,5 millions de personnes ont été déplacées et ont un accès limité aux services de base.

Les partenaires humanitaires restent déterminés à apporter l’assistance et le soutien nécessaires aux personnes affectées, malgré les contraintes d’accès croissantes.

« Le soutien aux processus politiques en cours est indispensable pour que la paix et la stabilité puissent revenir dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Les populations éprouvées par des décennies de souffrances aspirent légitimement à vivre en sécurité », a-t-il conclu.

Dans la province du Nord-Kivu, les combats ont repris à Mweso le weekend dernier. Depuis plusieurs jours, les FARDC alliées à des Wazalendo s’affrontent aux terroristes pour le contrôle de la cité de Mweso.

L’armée accuse les terroristes du M23 d’avoir bombardé des habitations des civils dans la cité de Mweso, territoire de Masisi faisant 19 morts et 27 blessés.

Silas MUNGINDA

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading