Nord-Kivu: un enfant tué et plusieurs blessés dans un bombardement attribué au M23 à Sake

Les combats ont repris depuis quelques jours entre l’armée congolaise (FARDC) et les terroristes du M23 dans le territoire de Masisi, au Nord-Kivu.

Dans la matinée de samedi 27 janvier, la cité de Sake, située près de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, a été visée par des bombardements attribués au M23.

Selon le colonel Guillaume Ndjike, porte-parole de l’armée congolaise dans la Zone, ces explosions ont fait un mort, un enfant, et plusieurs blessés parmi les civils. Des dégâts matériels ont également été rapportés.

Publicité

« Après d’importantes pertes infligées aux rebelles ce jour, le M23 et l’armée rwandaise ont largué une bombe sur Sake, causant ces victimes civiles. » a déclaré le colonel Ndjike sur compte.

Ces nouvelles escalades font suite à d’autres bombardements le 25 janvier à Mweso qui avaient coûté la vie à 19 civils. Les habitants de la région vivent dans la peur constante des combats et des bombardements indiscriminés.

Le colonel Ndjike accuse l’armée rwandaise de soutenir directement les attaques du M23 contre les positions des FARDC. De son côté, le Rwanda nie soutenir le M23, malgré les preuves accumulées par les Nations Unies de ce soutien militaire et logistique ces dernières années.

Entre-temps la force d’intervention de la SADC a commencé à se déployer avec pour mandat d’adopter une posture offensive contre les groupes armés. La situation sécuritaire reste tendue dans la région alors que les civils paient toujours le prix fort de ces affrontements récurrents.

Ézéchiel T. Mampuya

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading