Bombardement à Mweso: ACAJ dénonce un « crime de guerre » et appelle les contingents de la SADC et la Monusco à protéger les civils

Les bombes larguées par le M23 appuyé par l’armée rwandaise (RDF) faisant 19 morts et 27 blessés à Mweso, une cité située dans la province du Nord-Kivu, ne cesse de susciter des réactions dans l’environnement sociopolitique congolais.

Dans un communiqué consulté vendredi 26 janvier dans la soirée par POLITICO.CD, le président de l’Association congolaise pour l’acces à la justice (ACAJ), Georges Kapiamba a placé des mots justes pour condamner ce qu’il qualifie de « crime de guerre » en cours de perpétration dans la cité de Mweso.

Le coordonnateur de cette ONG qui milite en faveur des droits humains demande au gouvernement congolais d’accélérer la montée en puissance des forces de défense et de sécurité pour leur permettre de mieux défendre l’intégrité territoriale du pays.

Publicité

« ACAJ appelle les FARDC ainsi que les contingents de la Monusco et de la SADC, déployées dans l’Est de la RDC, d’intervenir rapidement et efficacement pour protéger les populations civiles, faciliter l’acheminement de l’assistance humanitaire à toutes les personnes en errance, arrêter les auteurs desdits crimes et les déférer devant la justice », indique cette structure citoyenne avant d’inviter les instances internationales à condamner le Rwanda qui reste le principal agresseur de la RDC et de le sanctionner sévèrement.

« Que le Conseil de Sécurité des Nations Unies et à l’Union Africaine de condamner le rôle déstabilisateur que joue le Rwanda à l’Est de la RDC et de sanctionner ses plus hauts responsables politiques et militaires », poursuit ACAJ.

Les autorités congolaises ont été encouragées à mettre en place « une Cour pénale spécialisée mixte », en collaboration avec l’ONU pour poursuivre tous les auteurs des crimes à l’Est de la RDC, y compris ceux répertoriés par le Rapport Mapping.

Silas MUNGINDA

2 comments
  1. C’est macabre la geurre de RDF-M23. Il revient à la justice pénale congolaise de lancer le mandat d’arrêt international contre les criminels de geurre errants à travers le monde. Ces criminels fréquemment des pays africains et occidentaux où ils ont mis en sécurité leurs membres de familles. ACAJ peut avec d’autres ONG des droits de l’homme exiger logiquement à la justice pénale congolaise de s’activer

  2. Oui, nous condamnons avec force cette barbarie des autorités rwandaises, il est grand temps de les envoyer à la CPI. Les hommes tués dans cette barbarie ont été victimes sacrifiés inutilement à la recherche des fortunes par ces dinosaures.

Comments are closed.

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading