Maniema: suspension des activités socio-économiques après l’effondrement d’un pont à Kayembe

L’effondrement du pont Luhuku a ralenti considérablement les activités socio- économique à Kayembe, chef-lieu du secteur de Salamabila dans la province du Maniema, depuis plusieurs jours, a constaté la Radio Okapi.

« Nous sommes pendant la période pluvieuse où les eaux inondent chaque fois. Et cette rivière se trouve entre les deux villages (Kalimaungu et Kayembe). Les enfants même de Kalimangu ont du mal à traverser pour aller à l’école. Même les piétons ou même les motards souffrent. Les gros véhicules qui viennent du Sud-Kivu, ne vont pas traverser même si on envisageait cette solution provisoire que le chef de secteur et sa population sont en train de se battre pour en avoir », s’est plaint Saidi Vumbi, activiste des droits de l’homme et notable de cette zone.

Il a aussi précisé que les élèves des villages avoisinants ont du mal à se rendre à l’école, et plusieurs véhicules sont bloqués car ils ne peuvent pas passer de l’autre côté du pont.

Publicité

Face à cette situation, il a tenu à rappeler au gouvernement provincial du Maniema de pouvoir venir en aide au chef de secteur qui est limité en termes des moyens pour la reconstruction de ce pont qui doit être réhabilité dans un bref délai.

Suite à la crue du cours d’eau que surplombait ce pont, après les pluies diluviennes qui crée une difficulté de traverser aux piétons, aux camions attendus par les commerçants qui attendent impatiemment leurs marchandises.

Le pont s’est effondré depuis plus de deux semaines, coupant ainsi le trafic des entités de Kindu et Salamabila. Cette situation entraîne la hausse du prix des produits vivriers.

Rebecca NUMBI

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading