Ituri : les « mpiodi » se font rares à Bunia

Les consommateurs ituriens, principalement ceux qui raffolent les chinchards, sont de plus en plus inquiets de la rareté de ces produits alimentaires dans différents marchés de Bunia.

Cette pénurie est observée au marché central et celui de Yambi Yaya où les étalages et les hangars de vente des poissons frais sont quasi vides.

Approchés, plusieurs pêcheurs ont laissé entendre que cette carence est due au non-respect de la réglementation de pêche au lac Albert par les services spécialisés. Cette affirmation a été rejetée par le bureau des ressources en eau à la division provinciale de l’environnement.

Publicité

Le responsable de ce service étatique, Justin Vaweka accuse les pêcheurs d’utiliser des filets prohibés qui, selon lui, « ne favorisent pas la reproduction ni la croissance des petits poissons ». À l’en croire, le non-respect des textes légaux qui régissent le secteur de la pêche reste la principale cause de cette diminution sensible des poissons au Lac Albert.

Cette rareté occasionne la hausse des prix de cette denrée. Pourtant, il y a plus de deux semaines, des poissons y étaient en abondance.

Face à cette situation, des commerçants réunis autour d’une association sollicite l’intervention rapide des autorités compétentes,

« Si les autorités pensent que les filets ne sont pas conformes. Qu’elles nous en cherchent d’autres. Les poissons arrivent et nous les distribuons à d’autres femmes. Certaines arrivent au marché sans même un capital pour avoir ne fût-ce que 10 kilos », a lancé Irene Napangwe, coordonnatrice de l’association des femmes vendeuses.

Silas MUNGINDA

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading