Kinshasa : Ngobila traduit Godé Mpoyi en justice pour « imputation dommageable et atteinte à la liberté garantie aux particuliers »

Le tir au poignet entre le gouverneur et le président de l’Assemblée provinciale de la ville de Kinshasa est un démêlé loin de connaître sa fin. Les choses en sont arrivées au point où Gentiny Ngobila estime que seule la justice peut les départager.

Ce mardi 25 juillet, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila a déposé une plainte à la Cour de cassation contre le président de l’organe délibérant de Kinshasa, Godefroid Mpoyi, pour « diffamation, imputation dommageable et atteinte à la liberté » garantie aux particuliers.

En effet, déchu de ses fonctions le 7 juillet dernier, Godé Mpoy a été réhabilité, lundi 24 juillet, par la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe. A l’initiative de l’élu provincial Mbonzi wa Mbonzi du MLC et 5 autres élus signataires, le président de l’Assemblée provinciale kinoise est reproché d’abus du pouvoir et la mauvaise gestion.

Publicité

Dans la plainte au procureur de la Cour de cassation, l’avocat du gouverneur de la mégapole congolaise rappelle que son client, Gentiny Ngobila s’est senti attaqué par les propos de la correspondance de Godefroid Mpoyi lui adressée en date du 31 mai dernier.

À en croire Me Mazu, le président de la chambre des élus kinois a « méchamment reproché à son client d’être qualifié comme auteur d’une gestion non transparente de la ville de Kinshasa, alors que ce dernier essaie de redorer l’image de la capitale depuis sa prise de fonction. Pour l’autorité urbaine, ces affirmations de Godé Mpoyi visent non seulement à nuire à sa dignité, mais surtout à ternir l’image et sa réputation.

La réhabilitation du président Godé ne semble pas déplaire qu’à Ngobila. En effet, l’un des initiateurs de la motion d’échéance en l’endroit du président de son Assemblée, le député Mbozi wa Mbozi se sent lui aussi mal en point. Il pense que la Cour d’appel s’avère incompétente juger les actes et les résolutions prises dans les assemblées provinciales.

« Godé Mpoy est déchu. S’il est réhabilité là-bas, il va présider la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe. Mais, il ne va plus présider l’Assemblée provinciale de Kinshasa », a-t-il catégoriquement confié.

A Kinshasa, l’exécutif et l’organe délibérant ne sont plus en odeur de sainteté depuis belle lurette et les violons ne s’accordent plus entre les animateurs de ces deux institutions provinciales. Bien que Gentiny Ngobila et Godé Mpoyi aient posé se serrant la main en signe de réconciliation, la guerre du pouvoir est de plus en plus évidente.

Lorsque le président des élus de la ville-capitale de la République démocratique du Congo veut voir clair la gestion des ressources de la ville, l’autorité urbaine y voit de l’acharnement.

Godé Mpoyi demandait des explications à Gentiny Ngobila sur la gestion des finances de l’hôtel de ville de la capitale congolaise, pour une première depuis 2019. Le numéro un de l’Assemblée provinciale de Kinshasa accusait le gouverneur de « mauvaise foi », de « clochardiser les députés.

Pour l’instant, le présage d’une guerre au sommet de Kinshasa est plus que jamais déclenché.

Odon Bakumba

Recevez l'actualité directement dans votre email

En appuyant sur le bouton S'abonner, vous confirmez que vous avez lu et accepté notre Politique de confidentialité et notre Conditions d'utilisation
Publicité

En savoir plus sur Politico.cd

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading