jeudi, mars 4, 2021
DRC
26,247
Personnes infectées
Updated on 4 March 2021 à 1:15 1 h 15 min
DRC
4,935
Personnes en soins
Updated on 4 March 2021 à 1:15 1 h 15 min
DRC
20,601
Personnes guéries
Updated on 4 March 2021 à 1:15 1 h 15 min
DRC
711
Personnes mortes
Updated on 4 March 2021 à 1:15 1 h 15 min

RDC: Colère et appels au boycott contre la BBC après le licenciement d’un journaliste congolais sur plainte du Rwanda

La colère enfle en République démocratique du Congo contre le média britannique BBC, après le licenciement d'un journaliste congolais sur plainte du Rwanda. La corporation des journalistes appelle au boycott totale de radio.

- Publicité-

Jacques Matand, journaliste BBC Afrique a été licencié pour pour faute grave par sa hiérarchie, qui prétend avoir agi suite à une menace de “plainte” du gouvernement rwandais. Sa faute: avoir organisée une interview controversée sur la relation France-Rwanda, donnant notamment la parole à un opposant du régime rwandais.

En République démocratique du Congo, la situation a provoqué une vive colère, tant du côté de la radio britannique que du côté des journalistes congolaise. Une pétition a été lancée pour soutenir le journaliste congolais. Les pétitionnaires exigent le retour du journaliste à son poste et la démission de Anne Look Thiam, rédactrice en chef de BBC Afrique, basée à Dakar, « qui a agit manifestement sous la pression du gouvernement rwandais ».

La corporation des journalistes congolais appelle de son côté au boycott contre la BBC au pays. «  Au-delà de la pétition, s’il n’est pas réintégré, décréter un embargo total sur toute l’étendue du pays. Aucun Congolais ne peut plus suivre ce média. L’autre action est de pousser notre confrère d’aller en justice. Nous battre pour lui commettre des avocats congolais afin de le défendre », affirme Kasonga Tshilunde, président de l’UNPC.

Sur les réseaux sociaux, des internautes appellent déjà au boycott de la BBC, accusant le média britannique d’être “à la solde du Rwanda”.

Le 7 février, le journaliste congolais Jacques Matand Diyambi a reçu de sa rédaction en chef un courrier lui notifiant son « licenciement pour faute grave », avec effet immédiat. En cause : une interview qu’il avait réalisée en novembre avec l’écrivain Charles Onana, auteur du livre Rwanda, la vérité sur l’opération Turquoise : Quand les archives parlent (L’artilleur), publié un mois plus tôt.

- Advertisement -
- Advertisement -

2 Commentaires

  1. La liberté d’expression donne aux journalistes quelques avantages sur : avec qui faire l’émission l’interview, alors Jacques n’a rien commis comme faute il est libre étant un homme de média a interviewé est les opposants et les gens du pouvoir.

  2. Si la radio bbc aurait subit une pression du gouvernement Rwandais, pourquoi les autorités de la Rdc ne peuvent elles pas faire pression auprès de la radio britannique pour obtenir la réhabilitation de notre compatriote ? Donc les autres gouvernement sont autorisés à faire pression sur cette radio et notre gouvernement rdcongolais n’a pas le droit de faire pression comme le gouvernement rwandais ? Pour cela j’encourage le gouvernement à couper le signal de Bbc en RDC

Comments are closed.

notre sélection