A quel acteur politique doit revenir le fauteuil de chef de file de l’opposition congolaise? En tout cas la question est sur la table. Mais pour Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, président national de l’UNAFEC (Union Nationale des Fédéralistes du Congo), Moïse Katumbi est mieux placé pour occuper cette fonction.

L’interlocuteur de l’opposition conformément à la loi, doit avoir de la personnalité. Pour le leader de l’UNAFEC, Moïse Katumbi qui a choisi de mener l’opposition républicaine, est le portrait sans concession du chef de file attendu.

« Quand vous voyez bien conformément à la loi, Moïse Katumbi est confortablement assis sur un matelas majoritaire de l’opposition à l’Assemblée Nationale » a argué le président de l’UNAFEC.

« Il est inadmissible d’attribuer cette responsabilité de chef de file de l’opposition à n’importe qui » déclare Gabriel Kyungu. D’après lui, le président d’ensemble pour le Changement est l’oiseau rare à qui correspond le poste.

« Le peuple demande à Moïse d’être là en face de son frère, pour qu’ils puissent collaborer chacun dans son domaine et que les choses aillent de l’avant. Nous le soutenons. Nous lui demandons de mener la démarche pour que ce soit lui le Chef de l’opposition.» a-t-il indiqué.

Pour rappel, le Chef de l’État Felix Tshisekedi, a réaffirmé dans une récente interview accordée à Radio Vatican en marge de la création du Cardinal Ambongo, sa détermination à permettre à l’opposition de se choisir un porte-parole. Face aux ambitions des uns et des autres, l’on s’accorde que la course vient d’être lancée pour le trône du contre poids du pouvoir en place, qui proviendrait principalement de la plateforme politique LAMUKA.

Junior Ngandu | Politico.cd◼