Le cabinet de Emery Okundji, ministre sortant des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PT-NTIC) accuse le nouveau ministre Augustin Kibassa de rétention de leurs primes.

C’est le contenu du communiqué officiel de la Cellule de Communication des membres du cabinet du ministère sortant datant de ce jeudi 19 septembre et signé par Adorée Olela, la chargée de communication.

Dans ce communiqué, ont peut lire qui suit :
contrairement aux bruits faussement repandus, par certains individus mal intentionnés et soucieux de se donner bonne conscience, à travers les réseaux sociaux et faisant état de la fuite des membres du Cabinet sortant à la suite d’un prétendu détournement qui leur serait imputé au sujet de la prime de rétrocession du mois de juillet 2019, le ministre sortant et député national Emery Okundji Ndjovu ainsi que ses collaborateurs dont les noms sont cités, se trouvent présentement sur le territoire de la République Démocratique du Congo et vaquent chacun librement, paisiblement et aisément à leurs occupations.”

S’agissant de la prime de rétrocession sur les recettes du Trésor Public réalisées au cours du mois de juillet 2019 à travers le Ministère des PT-NTIC, qui est une motivation destinée aux Agents de l’Administration ou du Service d’Assiette ayant effectivement participé et/ou contribué à leur réalisation, le communiqué précise que “la quote-part réservée aux membres du Cabinet sortant qui en sont légalement et véritablement des bénéficiaires a été indûment retenue des mains de l’agent comptable préposé aux dépenses au Secrétariat Général des PTNIC par le Ministre actuel, Monsieur Augustin Kibassa Maliba assisté de son Directeur de Cabinet et Secrétaire Général de son Parti Politique, sous le coup des menaces de sanctions disciplinaires à l’encontre dudit agent et ce, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 septembre 2019.”

A ce jour, “la totalité de la somme représentant cette quote-part est détenue par le Ministre précité,” poursuit le communiqué du cabinet sortant.

Les membres du Cabinet sortant demandent à Monsieur le Ministre Kibassa Maliba de bien vouloir leur restituer la totalité de cette prime de rétrocession, qui constitue une motivation mieux une reconnaissance des efforts de mobilisation des recettes au profit du Trésor Public qu’ils ont consciencieusement et activement fournis au cours du mois de juillet 2019.

La prime de rétrocession n’étant point le produit d’une sinécure mais un droit mérité provenant d’un travail ardu et patriotique de maximisation des recettes au profit du Trésor Public, les membres du Cabinet sortant exhortent leurs successeurs, qui viennent simplement de commencer le 9 septembre 2019, de fournir à leur tours autant d’efforts pour prétendre à une reconnaissance de cette nature de la part de l’Etat,” souligne le communiqué.

Ils avertissent quiconque qui s’hasarderait à donner une autre destination à ces fonds que de les remettre à leurs véritables bénéficiaires, qu’ils useront de toutes les voies légales afin de recouvrer leurs droits.

Ils en appellent ainsi à la conscience et à l’éthique de chacun quant à l’application stricte des textes légaux et réglementaires consécutifs à la rétribution de la prime de rétrocession.

Notons que dans un communiqué de presse du 16 septembre dernier, le ministre des PT-NTIC indique que le procès verbal de remise et reprise entre le ministre sortant et celui entrant ne renseigne aucunement une quelconque rétrocession à venir.

Et que la retrocession est encadrée par les textes légaux des finances plus précisément la circulaire N°01/ME/MIN/BUDGET/2019 du 14 janvier 2019 contenant les instructions relatives à l’exécution de la loi de finances N°19/025 du 13 décembre 2018 pour l’exercice 2019, qui stipule en son point III.1.6.2.6 alinéa 3 que ces fonds sont répartis à raison de 60% pour la motivation du personnel et de 40% pour le fonctionnement et investissement.

Le cabinet du ministre des PT-NTIC estime quant à lui que les 60% réservés à la motivation du personnel reviennent logiquement aux membres du Cabinet sortant ayant prestés le mois de juillet et que par contre les 40% destinés au fonctionnement et à l’investissement du cabinet.

Donc, pour Kibassa Maliba il n’y a pas matière à négociation. ” C’est la circulaire qui sera de stricte application.”

Toutefois le communiqué du ministre des PT-NTIC indiqué par souci de transparence et de traçabilité, le cabinet du ministre exigera une quittance pour tout retrait de fonds.

Thierry Mfundu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *