Dans son discours d’ouverture de la session budgétaire, exercice 2020 ce lundi 16 septembre, le président du sénat Alexis Thambwe Mwamba a signifié que “l’ordre du jour de cette séance comporte un seul point, à savoir, l’allocution du président du sénat, à l’occasion de l’ouverture de la session ordinaire de septembre 2019″.

Et dans cette allocution, il n’a pas “passé sous silence, des nombreux événements tragiques que connaît actuellement notre pays. Je cite notamment, des naufrages de baleinières sur le Lac Kivu, Kalehe, Mayi Ndombe, sur des rivières Kwilu et Lukeme ; des tueries récurrentes de toute sorte : en Ituri, dans le grand Kasaï, à Beni, Butembo et Minembwe ayant causé des déplacements de populations qui vivent dans une précarité nécessitant une assistance humanitaire; ainsi que des morts causés par la maladie à virus Ebola dans l’Est du pays“.

Des événements tragiques qui constituent d’ores et déjà des défis à relever pour le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba auquel revient la responsabilité d’élaborer le budget 2020 pour lequel députés et sénateurs sont convoqués en session ordinaire de septembre.

Et pour le président du sénat Alexis Thambwe Mwamba, ” l’adoption et même l’exécution du budget ne doivent plus être une simple formalité, un rituel annuel sans contenu et sans conséquence sur la vie des populations. Mais plutôt une expression de leurs attentes“.

Réputé rigoureux comme son prédécesseur Léon Kengo Wa Dondo, le président du sénat Alexis Thambwe Mwamba a promis de mettre “toute la rigueur qu’il sied, pour examiner et adopter ce budget en vue de conférer au gouvernement un budget à la hauteur de ses ambitions”.