Depuis plusieurs jours maintenant, la province du Haut-Katanga fait face à la problématique d’approvisionnement en farine de maïs. À la base, la Zambie principale pourvoyeuse en ce produit, a décidé de bloquer toute exportation vers la RDC faute de stock suffisant.

« Ça fait plusieurs mois que la Zambie a bloqué la sortie de sa farine vers la RDC et procède à des contrôles sévères avec les militaires et policiers. Ça doit apprendre aux politiciens congolais de promouvoir l’agropastorale locale » témoigne Franck Fwamba activiste des droits humains.

« Honteux que l’on signe des accords avec la petite Zambie menacée par la sécheresse pour avoir la farine de maïs, alors que les fermiers katangais (politiciens) vendent le maïs aux brasseries pour fabriquer l’alcool et tuer les affamés .» dénonce-t-il.

En l’espace de deux semaines, le sac de 25 Kg de la farine de maïs est passé de 22.000 Fc à 45.000Fc à Lubumbashi et dans plusieurs autres contrées. Ce produit qui constitue l’aliment de base dans la province inquiète de nombreuses familles incapables de s’en procurer. Visiblement, la hausse vertigineuse constatée sur le marché a impacté sur panier de la ménagère.

Face à cette épineuse question de carence en farine de maïs, le point de vente ouvert à la ferme Espoir sous initiative du gouverneur Jacques Kyabula n’a pas produit des effets escomptés. Malgré les efforts de réduction de prix, le problème demeure.

Chaque jour qui passe, la hausse vertigineuse du prix de la farine de maïs donne du fil à retordre aux autorités du Haut-Katanga.

Dans la foulée, des solutions sont envisagées. C’est notamment à court terme l’approvisionnement à partir de la Zambie et à moyen terme, la promotion de la production locale dès la saison prochaine pour mettre fin à cette dépendance.

Par ailleurs, la province du Haut-Katanga annonce l’organisation de la table ronde sur le maïs du 12 au 14 septembre 2019 sur la thématique de l’autosuffisance alimentaire. L’initiative vise à proposer les voies et moyens d’en finir de la crise récurrente en produits de première nécessité.

Junior Ngandu | Politico.cd◼