Ce vendredi 06 septembre sur appel des plusieurs mouvements associatifs, des kinois sont descendus une fois de plus dans les artères de la capitale congolaise pour manifester leur indignation contre les attaques xénophobes en Afrique du Sud.

Malgré le dispositif mis en place par la police et l’interdiction de l’Hôtel de ville de Kinshasa, plusieurs manifestants ont convergé sur le boulevard du 30 juin à partir de la gare centrale jusqu’à atteindre l’ambassade de l’Afrique du Sud situé sur l’avenue Ngongo Lutete dans la commune de Gombe.

Les manifestants avec des calicots et des banderoles ont brûlé des pneus devant la dite ambassade.

La police a tenté de dispersé les manifestants avec des tirs de sommation et de gaz lacrymogène.

On signale plusieurs arrestations parmi les manifestants dont Fils Mukoko, président de l’association des bâtisseurs Tshisekedistes.

Au niveau de la commune de Limete, on apprends que les manifestants ont incendié un shop de Vodacom Congo situé à la place commerciale.

La tension n’a pas encore baissé du fait de renfort de la population et des étudiants qui renforcent les rangs des manifestants.

Pour la première fois, le président de la République Félix Tshisekedi a ouvertement condamné les attaques xénophobes en Afrique du Sud. “Je denonce avec fermeté les événements malheureux qui se passent en ce moment en Afrique du Sud“, a-t-il tweeté sur le compte de la présidence de la république.

Thierry Mfundu