l'info en continu

A Matadi, la population dans la rue pour réclamer le départ du Gouverneur et de son adjoint

- Publicité-

La population de la ville de Matadi est descendue dans la rue ce samedi 31 août 2019 à l’appel des députés nationaux du Kongo Central pour réclamer la démission du Gouverneur de province Atou Matubuana et se son adjoint Justin Luamba.

Les deux sont accusés par la population d’être impliqués dans le scandal sexuel impliquant le Vice Gouverneur et une assistance du Gouverneur appelée Mimi Muyita Ankieta dont la vidéo d’un présumé viol a fait le buzz sur les réseaux sociaux et suscité multiples indignations au sein de la population.

- Publicité-

Partis du siège de l’assemblée provinciale, les groupes des manifestants avec à leur tête quelques députés nationaux dont Fabrice Albert Puela s’est dirigé vers le Cabinet du gouverneur au centre ville de Matadi selon les informations recueillies sur place.

Et pourtant, l’information sur l’organisation de la marche introduite par les députés nationaux n’a pas été autorisé par le numéro 1 de l’exécutif du Kongo central.

 » Je suis au regret de vous signifier que je ne pourrais, en toute responsabilité et objectivité, prendre acte de votre intention de marche, » a répondu le Gouverneur Atou Matubuana aux élus de sa province dans un correspondance datée du 30 août et signée par lui-même.

Le Gouverneur a évoqué comme raison à ce refus le fait d’avoir reçu en ampliation à cette même date du 29 août, « deux correspondances adressées au maire de la ville de Matadi, émanant de la dynamique des sportifs et de l’Union des cambistes de Matadi informant ce dernier de leur intention d’organiser également une marche, cette fois, en soutien à l’exécutif provincial, » a-t-il argumenté.

Et de décider:  » considérant les objets opposés de ces intentions de marche, la coïncidence des dates ainsi que la quasi identité de l’heure et de l’itinéraire à emprunter, je me sens objectivement contraint de me reserver quant à l’approbation de cette marche. »

La police de son côté n’a pas pu empêché les manifestants de battre pavé dans les rues de Matadi. Elle a plutôt opté pour l’encadrement que la confrontation.

On signale tout de même quelques échauffourées entre les policiers et les manifestants dans certains quartiers.

Thierry Mfundu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU