lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min

Samy Badibanga propose la tenue d’une « table ronde de réconciliation »

- Publicité-

Le bureau politique du parti les progressites cher à Samy Badibanga, ancien Premier ministre, demande au président de la République démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi de convoquer autour de lui une table ronde de réconciliation.

Il s’agira d’une rencontre des acteurs politiques et les forces vives de la société civile représentatives du peuple détenteur de la souveraineté nationale afin de remédier à la situation périlleuse des institutions et permettre que le congolais se réconcilie avec ses dirigeants et ses institutions.

Réunis aux fins d’examiner la situation politique de l’heure en République démocratique du Congo, le bureau politique a fait une déclaration dont la copie est parvenue à Politico.cd.

Dans sa déclaration faite le mercredi 19 juin 2019 dans la soirée, le regroupement politique du sénateur et Premier Ministre honoraire Samy Badibanga justifie sa position aux constants suivants : le système politique en RDC repose sur la Constitution, la loi fondamentale adoptée par le peuple, seul détenteur de la souveraineté nationale, qui sert d’arbitre en toute matière institutionnelle, y compris concernant les contentieux électoraux.

Force est de constater que les arrêts rendus par la Cour Constitutionnelle, au sommet de la pyramide juridictionnelle, laissent planer un doute sur le choix du peuple, ce qui remet en cause l’Etat de droit et plongent aujourd’hui la Nation dans la confusion et la défiance envers les institutions. C’est la légitimité des autorités publiques, et en particulier de l’Assemblée Nationale et du gouvernement à venir, qui est mise en question.

Soulignant qu’il est un fait que pour une grande partie de la population Congolaise, certaines institutions sont le produit de la “corruption” avec toutes les conséquences que cela entraîne sur le développement du pays, la démocratie, la paix, la sécurité, et la cohésion nationale.

Qu’à cet égard, poursuit la déclaration, il convient de se souvenir de l’exposé des motifs de notre Constitution qui commence par ces mots : “Depuis son indépendance, le 30 juin 1960, la République Démocratique du Congo est confrontée à des crises politiques récurrentes dont l’une des causes fondamentales est la contestation de la légitimité des Institutions et de leurs animateurs. Cette contestation a pris un relief particulier avec les guerres qui ont déchiré le pays.« 

Samy Badibanga Ntita demande aux forces politiques et sociales de la République Démocratique du Congo de faire preuve de l’amour de la patrie en soutenant cette démarche d’intérêt national.

A la communauté internationale de se montrer disponible, en apportant un appui nécessaire à ces assises de paix et réconciliation, afin de donner la chance au peuple Congolais de vivre le changement pour lequel il avait voté.

- Advertisement -

En définitive, Il dit enouveler sa confiance dans l’avenir de la Nation et du peuple Congolais, et dans l’espérance d’un Congo pour tous, et pour que vive la Paix et la Réconciliation en République Démocratique du Congo.

TBM

2 Commentaires

  1. À l’heure actuelle tenter de réunir les membres de FCC autour du chef de l’Etat avec une Société Civile acquise à Kabila boulverserait le grand pas déjà réalisé ebtre FCC-CACH.
    La Constitution a été violée durant le règne de Kabila et personne n’a pas réagit.
    Samy Badibanga a été nommé premiere Ministre d’un parti hors les institution mais suite à un dialogue. Donc, violation de la constitution à souhait.
    Laissez vos schèma inspirés par les ennemis de la scène de Tshisekedi Félix avancer avec notre appui on aura un pays des Droits. Patientez avec vos dialogues qui vous ont fait ce que vous êtes sans l’appui du peuple, sans base.
    Patriote

  2. À l’heure actuelle tenter de réunir les membres de FCC autour du chef de l’Etat avec une Société Civile acquise à Kabila boulverserait le grand pas déjà réalisé entre FCC-CACH.
    La Constitution a été violée durant le règne de Kabila et personne n’a pas réagit.
    Samy Badibanga a été nommé premiere Ministre d’un parti hors les institution mais suite à un dialogue. Donc, violation de la constitution à souhait.
    Laissez vos schèma inspirés par les ennemis de la scène de Tshisekedi Félix avancer avec notre appui on aura un pays des Droits. Patientez avec vos dialogues qui vous ont fait ce que vous êtes sans l’appui du peuple, sans base.
    Patriote

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...