Louis Watum, directeur des opérations d’Ivanhoe Mines en RDC et intervenant lors de la 15ème édition de la semaine minière de la RDC, était un des invités lors de la discussion en ligne qui a également abordé l’impact du nouveau code minier sur les opérations locales et les investissements dans l’industrie minière de la RDC.

La législation révisée vise à bénéficier à tous les acteurs en termes de développement social, environnemental et économique. Mais il a également augmenté les impôts et imposé un taux de redevance élevé sur les minéraux de spécialité, notamment le cobalt et le coltan, comme l’a déterminé le gouvernement peut-on lire dans un mail distribué par l’organisation de la semaine minière de la RDC.

Louis Watum a déclaré: “À ce jour, nous avons investi, avec notre partenaire Zijin Mining Group, près de 850 millions USD dans le projet Kamoa Kakula et 530 millions USD supplémentaires dans le projet Kipushi, deux projets miniers exceptionnels en RDC. . Kakula devrait devenir la deuxième plus grande mine de cuivre au monde dans des agrandissements progressifs. Des progrès remarquables sont également réalisés à Kipushi.”

En ce qui concerne l’impact du nouveau code minier, Watum a déclaré: “La stabilité juridique et fiscale a probablement joué le rôle le plus important dans la confiance toujours plus grande que les investisseurs internationaux ont témoignée à la RDC en déployant des capitaux d’investissement dans des projets miniers. Cependant, le code minier révisé a créé une incertitude quant au cadre réglementaire et, très franchement, rendu très difficile le financement de projets comme le nôtre en RDC“.

Avec pour conséquence directe de limiter la croissance de l’industrie minière en RDC et d’entraver la croissance à moyen et à long terme de la RDC en tant que pays” explique-t-il

Cependant, Louis Watum reconnaît que la RDC connaît un moment d’opportunité historique dans le secteur minier. “Oui, nous voyons les investissements chinois continuer à affluer, mais dans l’ensemble, il faut examiner le coût des opportunités perdues pour ceux qui souhaitent investir, mais ne le faites pas à cause de l’incertitude entourant le cadre réglementaire” plaide ce cadre d’Invanhoe Mines.

“Nous et d’autres sociétés minières avons donc créé un forum pour engager collectivement de bons citoyens avec les différents ministères, à la fois sur le code minier et sur les moyens d’atteindre les objectifs à court et à plus long terme. Donc, collectivement, nous sommes déterminés à développer un partenariat solide entre les sociétés minières internationales et le gouvernement de la RDC. Parce que nous pensons que nous vivons une période d’opportunités historiques pour le développement responsable du secteur minier dans ce pays” a-t-il conclu.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD

1 comment

  1. J’aimerais que ce monsieur me dise quel est ce cadre réglementaire dont il fait allusion, est ce qu’il peut définir cela. Et selon lui le Congo devrais attendre encore combien année pour appliquer les ratio de la région et du monde dans le secteur?

    C’est de la rigolade, une manière capitaliste de réclamer son intérêt avec des mots d’innocence.

    Il y a un début pour toute chose, vous ne direz pas que le Congo n’est qu’un pays minier et que les autres secteurs ne peuvent couvrir ce relancement lent qui s’annonce.

    Soyons claire dans nos mots, c’est une blague ça. Je crois que ce code est bon car il est temps qu’on sache rendre au Congo ce qu’elle mérite après des voles en mines et vies humaines monsieur.

Comments are closed.