Les artères de la ville frontalière de Kasumbalesa ont été pris d’assaut ce mercredi 12 juin par les militants de l’UDPS. A l’instar de leurs membres de Lubumbashi, ils sont descendus dans la rue pour exiger le divorce entre le FCC et CACH. Et ce, à la suite aux propos outrageants au Chef de l’État tenus par le député FCC Charles NAWEJ.

Partis de bilanga jusqu’à Kasumbalesa/village sous une bonne escorte de la police, les manifestants scandaient des slogans et chansons hostiles au FCC et à l’endroit de leur l’autorité morale, l’ancien président de la république Joseph Kabila dont ils exigent l’arrestation immédiate.

Ils s’en sont aussi pris au maire de la ville de KASUMBALESA, ANDRE KAPAMPA KAMWANYA dont ils sollicitent la démission. Ils l’accusent d’avoir tenu les propos à caractère tribal, selon lequels ” KASUMBALESA n’est pas KABEYA KAMWANGA”.

Le point de chute de cette marche non violente futnla mairie de la ville où un mémo a été lu et rendu au maire de la ville.

Dans ce mémorandum, le parti au pouvoir exige le divorce entre le FCC CACH mais aussi la levée des immunités du député Charles NAWEJ.
Pour ces militants, les propos tenus à l’endroit du chef de l’État constitue une infraction d’outrage envers le chef de l’État. “Pendant le mandat de Kabila, personne ne pouvait critiqué ses actes à l’Assemblée nationale et que cette personne demeure vivante,” ont ils ajouté.

Le maire de la ville de Kasumbalesa, ANDRÉ KAPAMPA qui a pris le mémo, les a remercié pour le caractère pacifique et non violent de la marche.
Il a promis de transmettre ce mémo à qui de droit pour une réponse appropriée.

TBM