(Francoise Mbuyi, GPJ Democratic Republic of the Congo)

Réunis en assemblée générale le vendredi 24 mai, les membres de la société civile du territoire de Faradje ont annoncé plusieurs actions démocratiques qui seront mis en place pour des solutions durables aux problèmes sécuritaires posés par des peuples Mbororos dans la province du Haut-Uelé.

Depuis plusieurs temps , ces éleveurs occupants illégalement certaines parties du territoire de Niangara et Faradje sèment de la panique et terreur auprès des paisibles citoyens , a précisé cette structure citoyenne à POLITICO. CD.

Au sortir de ces assises , les forces vives de Faradje ont arrêté également un certain nombre de recommandations formulées au gouvernement central pour des mesures idouanes à cette cruauté sécuritaire.

Par mis celles-ci, le gouvernement central devra expulser ces derniers comme les congolais expulsés en Angola. Ensiite, le gouvernement provincial du Haut-Uelé doit aussi abroger l’arrêté datant de 2017 portant leur cantonnement dans ces territoires précités.

Notons ici que ces peuples nomades Mbororos en provenance du Soudan voisin et du Tchad sont depuis plusieurs jours accusés de détenir des armes de guerre , ce qui cause une panique dans le chef de la population qui vit dans ce coin de la République Démocratique du Congo.

Serge SINDANI /Politico.cd