Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU, David Gressly, a été nommé Coordonnateur des interventions d’urgence des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (EERC) dans les zones touchées par le virus Ebola en République démocratique du Congo indique un communiqué de l’organisation des Nations unies reçu par POLITICO.CD.

David Gresley fera rapport à la Représentante spéciale, du secrétaire général de l’ONU Leila Zerrougui. David Gresley supervisera la coordination du soutien international à la riposte contre la dixième épidémie d’Ebola et veillera à ce qu’un environnement favorable, en particulier en matière de sécurité et de climat politique, soit en place pour permettre à la riposte Ebola d’être effective précise le document.

David Gresley va travailler en étroite collaboration avec le bureau de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour réussir son pari.

L’épidémie d’Ebola qui a tué plus de 1 200 personnes, fait l’objet d’une attention particulière des partenaires de la RDC. Elle présente actuellement un grand risque de propagation dans d’autres provinces de l’Est du Congo ainsi que dans les pays voisins.

Selon la communication des Nations Unies, un tiers des malades sont des enfants. Ce qui représente une proportion plus élevée que lors des flambées précédentes.

Soucieuse d’apporter son soutien à la RDC dans cette lutte, l’Organisation des Nations unies (ONU) en collaboration avec le gouvernement et d’autres partenaires, renforce désormais son engagement politique et son soutien opérationnel pour négocier l’accès aux communautés ; intensifie son soutien à la coordination humanitaire ; et renforce la préparation et la capacité de réaction à Goma et dans les pays voisins, a-t-on appris des sources officielles de la MONUSCO.

Dans le même ordre d’idées, l’Organisation mondiale de la santé devra adapter ses stratégies de santé publique dans l’objectif d’identifier et d’administrer le plus rapidement possible les personnes atteintes par cette l’épidémie. Il faudrait également penser à développer la vaccination pour atteindre et protéger davantage des personnes ; et redoubler d’efforts pour mettre fin à la transmission dans les établissements de santé.