Le représentant Eliot Engel, président de la commission des affaires étrangères de la Chambre du congrès, a prononcé aujourd’hui les remarques liminaires suivantes de l’audience “Démocratie, développement et défense: rééquilibrer la politique menée par les États-Unis et l’Afrique”.

Prenant la parole, ce parlementaire américain a indiqué que l’un de plus grands défis politiques des États-Unis en Afrique subsaharienne consiste à trouver un moyen d’aider à stabiliser des États fragiles et à réduire la violence. “Au cours des 20 dernières années, nous avons beaucoup appris sur ce qui fonctionne – et sur ce qui ne fonctionne pas” explique ce représentant du Bronx et Westchester dans le 16ème district de l’Etat de New-York.

“En République Démocratique du Congo, les États-Unis ont approuvé en janvier dernier, des résultats électoraux clairement frauduleux, tout simplement parce que l’administration ne croyait pas que le chef de l’opposition qui aurait réellement remporté la victoire pourrait prendre ses fonctions. Quel message envoie-t-il quand les États-Unis refuse de défendre la démocratie? Quand les États-Unis refusent de protester contre ce genre de corruption?” s’interroge Eliot Engel.

“Ironiquement, faire de la sécurité régionale une priorité absolue nuit en définitive à la stabilité à long terme du continent. C’est un manque de leadership et les tentatives de l’administration pour anéantir la diplomatie et le développement. Nous en avons parlé ici” a rappelé Eliot Engel.

“Cela envoie un message. Cela envoie un mauvais message. Cela envoie un message aux agences les mieux placées pour faire face à ces défis, leur affirmant qu’elles ne sont pas une priorité. Cela envoie un message au reste du monde que les États-Unis cèdent le terrain à tout autre pouvoir qui veut s’enraciner, et vous pouvez parier que ce message est entendu à haute voix et clairement à Moscou et à Beijing” a-t-il poursuivi.

Le parlementaire a également indiqué être profondément préoccupé par l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, qui a maintenant dépassé les 1 600 cas.

“Les Etats-Unis ont soutenu la réponse du gouvernement congolais, mais l’accès limité, la méfiance envers le gouvernement et les attaques contre le personnel de santé ont entravé les efforts d’identification et de traitement des cas” souligne Eliot Engel.

“Je dois mentionner que, lorsque nous investissons fortement dans la santé mondiale, nous sommes mieux en mesure de préparer une riposte et d’aider la RDC et les pays voisins comme le Soudan du Sud et le Rwanda à renforcer leur capacité de préparation à de futures épidémies. C’est pourquoi il est si déconcertant de voir que l’administration envoie des budgets demandant des coupes sombres dans ces efforts et utilise une mauvaise tactique pour retarder et refuser le financement contre les intentions du Congrès” a conclu ce parlementaire sous le ton de la dénonciation.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD