Ancien président du Rassemblement Congolais pour la Démocratie, Mouvement de Libération, RCD/K-ML et actuellement professeur dans les universités de l’Afrique de l’est, Ernest Wamba Dia Wamba a publié sur son compte Facebook une réflexion appelant à l’intégration du service militaire obligatoire à la fin des études humanitaires.

“N’est-il pas le temps d’instaurer un service national obligatoire d’un ou deux ans après les humanités et l’organisation d’un cours de la science militaire dans les universités ?” s’interroge-t-il.

Pour l’ancien rebelle et proche du parti politique Budu dia Mayala, l’instauration du service militaire obligatoire dans le cursus scolaire contribuerait au renforcement du nationalisme et de service auprès de personnes vulnérables, capables de booster plusieurs domaines de la vie quotidienne des populations congolaises.

“Cela éleverait la conscience d’autodéfense, de service auprès de nécessiteux (y compris la gestion d’hygiène écologique, par exemple) et de la protection nationale” explique Wamba Dia Wamba.

Le service militaire en République Démocratique du Congo est réglementé depuis quelques années par un recrutement des personnes ayant obtenu un certificat d’école primaire pour des militaires qui servent dans les rangs et un diplôme d’étude secondaire pour les officiers supérieurs et sous officiers.

Peu avant le début de recrutements officiels, plusieurs unités de Forces Armées de la RDC (ayant un effectif de plus de 130.000 hommes) étaient issus du mixage et du brassage de troupes issues de différentes rébellions qui sévissaient sur le territoire national congolais avant la réunification du pays en 2003 et celles qui se sont créés à la suite de crises internes au sein de Forces Armées de la RDC et d’autres conflits ayant marqué le pays.

Fiston Mahamba (@FMLarousse)