Dans un Rond point VGH noir de monde, Martin Fartin Fayulu a tenu un grand meeting ce jeudi appelant au changement. “Je vous ai compris. Ces élections c’est pour le changement”, a-t-il dit au début de son discours, imposant une minute de silence en la mémoire des victimes d’attaques attribuées aux rebelles ADF.

Nous avons connu 20 ans du regime Kabila. 20 ans de chaos. 20 ans de l’insécurité, 20 ans de viols, 20 ans de tuerie, 20 ans de famine, 20 ans de misère. Doit-on continuer avec ce système?” a-t-il interrogé à la foule qui lui a rétorqué à l’unissons: “non”.

“C’est pour ça que LAMUKA est revenu. Qu’on se reveille tous. Tous les Congolais doivent se réveiller“, ajoute Martin Fayulu, avant de s’attaquer à Emmanuel Shadary, candidat de la coalition au pouvoir. “Monsieur Shadary est venu pour continuer le régime Kabila“.

Cette fois-ci, Martin Fayulu a mis ses propos dans la bouche de ses potentiels électeurs. Triés dans la foule, une dame et 2 messieurs ont répété tour à tour en français, en swahili et en un dialecte de la place que le bulletin de vote et la solution pour s’assurer des résultats qui sortiront des urnes après le 23 décembre 2018.

Connu pour son franc parlé, il n’a pas manqué de lancer des petites flèches à ses concurrents et à la police, dans ce contexte électoral caractérisé par le ” plein”, le candidat qui draine du monde sur son passage. “Est-ce qu’il y a déjà eu un candidat président qui a rempli l’espace comme-ça ?“, a questionné Martin Fayulu pour obtenir un ” Non” en chœur de ses partisans. “Même lorsque les gens sont partis au stade Tata Raphaël, je n’ai pas vu ça. Est-ce que quelqu’un (la police) viendra encore dire qu’il y avait 2 mille, 10 mille, 20 mille personnes?“a-t-il interrogé.