l'info en continu

Beni: deux casques bleus sud-africains blessés dans une embuscade près de l’épicentre d’une épidémie d’Ebola

- Publicité-

Une patrouille des forces de maintien de la paix a été attaquée dans la ville de Ngadi par des militants appartenant aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe islamiste ougandais actif dans l’est de la RDC, a déclaré Florence Marchal, porte-parole de la MONUSCO. « Deux soldats ont été blessés et leur état a été jugé stable ce matin« , a-t-elle déclaré à Reuters.

L’attaque perpetrée lundi à la périphérie de la ville de Beni a mis en évidence les défis auxquels les autorités sont confrontées pour s’attaquer à une flambée de maladie mortelle dans une zone de conflit active traquée par des dizaines de groupes armés.

- Publicité-

Des responsables de la santé ont déclaré avoir fait des progrès pour ralentir la propagation de la fièvre hémorragique avec des vaccins et des traitements expérimentaux. Mais ils ne peuvent pas être sûrs que la situation soit sous contrôle en raison des difficultés d’accès à certaines zones.

L’épidémie actuelle d’Ebola aurait tué 81 personnes depuis juillet et infecté 40 autres. Dix-neuf de ces cas se sont produits à Beni, une ville de plusieurs centaines de milliers de personnes ayant des liens commerciaux étroits avec l’Ouganda voisin.

L’épidémie est la 10ème du Congo depuis la découverte du virus Ebola en 1976 dans le nord du pays, mais la première à toucher ses zones frontalières très peuplées.

Les casques bleus de la MONUSCO fournissent des escortes quasi quotidiennes à la ville d’Oicha, où un cas a été confirmé, a déclaré le porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé, Tarik Jasarevic, à des journalistes à Genève.

Certaines parties du tronçon de 30 km (18 miles) entre Beni et Oicha sont considérées comme une «zone rouge» en raison des attaques répétées des rebelles.

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU