“Au lieu de la politique de la chaise vide, nous avons travaillé de l’intérieur et l’accord a été respecté. Pas de référendum ni révision constitutionnelle, le chef de l’Etat n’a pas brigué un troisième mandat, les élections auront lieu le 23 décembre 2018” écrit le président du parti travailliste sur son compte Twitter.

“Nous avons agi sans populisme et nous avons atteint l’objectif” se félicite-t-il. Dans une déclaration faite mercredi dernier, l’ambassade des Etats-Unis à l’ONU pense que cette décision de Joseph Kabila est une étape importante vers la consolidation de la démocratie en RDC. Cependant, Washington estime qu’une autre étape reste cruciale: celle garantissant aux congolais leur droit à un vote lors des élections du 23 décembre, qui doivent être libres, transparentes et crédibles.

Pour sa part, Félix Tshisekedi, candidat de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social cette nomination est un pas dans la bonne direction, mais le plus important reste à venir. “La décrispation, les élections libres et crédibles pour une alternance pacifique, restent les prochains objectifs” a dit le président du Rassemblement tout en remerciant les pays de la région, la communauté internationale et le peuple congolais.

Fiston Mahamba