Lisant le compte rendu de la réunion du conseil extraordinaire du gouvernement provincial du Nord-Kivu tenu le 02 août à Goma, Marie Shemati, ministre de communication et porte-parole du gouvernement provincial du Nord-Kivu a indiqué que “les membres du conseil ont réitéré la nécessité et l’urgence de poursuivre le processus de fermeture de camps de déplacés de guerre en vue de prévenir le risque d’une catastrophe en cas d’éventuelle contamination au sein de ces sites qui regroupent des milles de personnes vulnérables”.

Les services de la division provinciale de la santé renseignent qu’à ce jour 37 personnes ont été atteintes et parmi elles, 21 personnes ont trouvé la mort dans l’aire de santé de Mangina. Par ailleurs, un autre cas suspect vient d’être signalé à Musienene, village situé à 15 kilomètres de la ville de Butembo, en territoire de Lubero.

“Compte tenu du risque de propagation rapide de cette épidémie, toute la partie nord de la province est considérée comme endémique et des mesures sécuritaires seront urgemment mises en place afin d’assurer la protection du personnel de la santé et de la population” a déclaré Marie Shemati.

La République Démocratique du Congo commencera à utiliser un vaccin contre le virus Ebola dès la semaine prochaine pour contrer une nouvelle recrudescence dans la partie très peuplée de l’est de l’Afrique centrale, qui a émergé au moment même où une épidémie antérieure se déclarait.

“Je pense que nous pouvons commencer à utiliser le vaccin dès la semaine prochaine”, a déclaré vendredi à Reuters le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga. Environ 3 000 doses ont été stockées dans la capitale Kinshasa après le dernier foyer, a-t-il ajouté. 300 000 doses supplémentaires pourraient être fournies à bref délai, a indiqué l’OMS.

Fiston Mahamba