Violences du 19 septembre 2016: une commission créée près de deux ans après

Dans un arrêté signé ce vendredi 28 juin, la ministre congolaise des droits Humains, Marie-Ange Mushobekwa annonce la création d’une commission mixte “à caractère administratif” chargée d’enquêter sur “les cas de violations et d’atteintes aux Droits de l’Homme, enregistrés lors des manifestations du 19 septembre 2016 ainsi que ceux du 19 décembre 2016 dénommée“. Selon le document consulté par POLITICO.CD, cette Commission est placée sous l’autorité du Ministère des Droits Humains qui en assure la Présidence.

Elle est composée des Experts émanant des Institutions Publiques, des Organisations Internationales et des organisations de la société civile évoluant dans le secteur des Droits de l’Homme suivantes : Ministère des Droits Humains: 5 Délégués • Ministère de la Justice et Gardes des Sceaux : 2 Délégués; • Ministère de l’Intérieur et Sécurité : 2 Délégués • Commission Nationale des Droits de l’Homme: 3 Délégués • Organisations de la société civile: 6 Délégués.

Le 19 et le 20 septembre 2016 à Kinshasa, les forces de l’ordre ont réprimé dans la violence les manifestations organisées tant par la classe politique que par les mouvements citoyens. Selon l’ONU, dans un rapport publié quelques mois après ces événements, la police, les FARDC et la Garde républicaine ont fait «un usage excessif de la force » durant ces deux jours.  Ce document de l’ONU dénombrait alors pas moins de 50 personnes tuées, 140 blessées et près de 300 arrêtées illégalement.

Le 19 et 20 décembre 2016, alors qu’expirait officiellement le deuxième et dernier mandat du président Kabila sans qu’il n’y ait d’élections, les partisans de l’opposition étaient de nouveau dans les rues, y croisant les forces de l’ordre dans des affrontement qui ont fait plusieurs dizaines de morts.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions.