Lors de la conférence des présidents des groupes parlementaires présidée par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, le vendredi 23 mars dernier, les participants avaient constaté l’urgence de vider la question du remplacement du membre de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social, parti cher au Feu opposant Etienne Tshisekedi), affecté au bureau de la CENI (Commission électorale nationale indépendante). Il s’agit du rapporteur Jean-Pierre Kalamba.

Ce mardi 05 juin 2018, les députés nationaux membres du groupe parlementaire UDPS et Alliés étaient invités à échanger avec leurs collègues membres de la commission Politique, administrative et juridique (PAJ) de la Chambre basse du Parlement, à l’issue de laquelle, le rapporteur de la commission PAJ de l’Assemblée nationale, le député national Vincent de Paul Ngendeza a fait comprendre que pour l’instant, il n’y a pas de conclusion à donner à la presse, d’autant plus que la commission Politique, administrative et juridique travaille encore sur le dossier.

« Le bureau est entrain d’examiner la question. Et dans les prochains jours, nous allons devoir donner le rapport au grand bureau qui va prendre une décision responsable », a-t-il rassuré. Il a aussi confirmé que les membres de la commission PAJ de l’Assemblée nationale ont entendu les points de vue du groupe parlementaire UDPS et Alliés, ainsi qu’un autre camp, toujours de l’UDPS et Alliés.

« C’est ce qui a été fait aujourd’hui comme devoir. Nous avons suivi les deux sons de cloche. Nous allons apprécier le moment venu, et nous allons donner notre avis consultatif par rapport à la question », a déclaré le rapporteur de la commission PAJ de l’Assemblée nationale.

A la question de savoir s’il y a divergence ou convergence au cours de ces échanges, il s’est réservé de répondre. Seulement, il a insisté que dans les prochains jours, la commission va rendre public son avis consultatif. « C’est un avis consultatif. C’est une commission politique, administrative et juridique. Je pèse bien mes mots. Allez-y comprendre », a-t-il martelé.

Il a en d’autres termes consenti que la commission va s’en remettre à la sagesse de la plénière en cas de divergence. « C’est tout à fait normal. C’est ce qui se fait toujours lorsqu’on a un avis consultatif. Le terme est clair : consultatif », a-t-il déclaré.

L’UDPS et Alliés menace de boycotter les plénières 

Au sortir de cette rencontre avec la commission PAJ, le président du groupe parlementaire UDPS et Alliés, le député national Léon Mubikayi, a confié à la presse ce qui suit : « Nous avons été invité par la commission PAJ sur le dossier du remplacement du rapporteur de la CENI, comme le parti l’a exigé. Nous sommes venus avec les moyens de défense du parti que nous avons déposés et que nous avons défendus, contre un certain groupe de nos collègues en conflit avec le parti. Les arguments sont déposés, et nous attendons à ce que la PAJ puisse se prononcer pour que le dossier passe à la prochaine plénière », a-t-il dit.

Est-ce qu’il y a une lueur d’espoir ? De répondre à cette question, Léon Mubikayi persuade que « nous nous sommes retrouvés en face d’un petit groupe de gens sans arguments. Et nous estimons que nous avons beaucoup plus d’espoir, à moins que la Majorité cherche à protéger l’, à moins que la Majorité cherche à protéger le rapporteur actuel de la CENI ».

Au cas où l’on ne trouve pas gain de cause, le président du groupe parlementaire UDPS et Alliés menace que « nous sommes passés à la grande vitesse. Les quatre groupes parlementaires de l’Opposition à l’Assemblée nationale ont de sécher toutes les séances plénières et de ne pas participer aux activités de l’Assemblée nationale jusqu’au moment où nous aurons la réponse. Il s’agit de l’UDPS et Alliés, l’UNC et Alliés, le MLC et Alliés, ainsi que le groupe G7. Donc, je crois que pour nous, les vacances parlementaires vont commencer dès le moment que nous n’avons pas de réponse à notre requête ».