Pour Félix Tshisekedi,  le processus électorale actuel est redouté. Il prend comme exemples, les machines à voter électroniques mises en place par la commission électorale nationale (CENI) qui ont soulevé des soupçons à l’égard du pouvoir, qu’il accuse de vouloir truquer les prochaines élections; et le fichier électoral qu’il estime entaché d’irrégularités.

Ces deux facteurs ont créé des conditions qui compromettent l’équité des élections“, a-t-il déclaré. De plus, at-il ajouté, “Kabila contrôle la CENI et la cour constitutionnelle est pleine d’alliés du président“.  Pour lui, “l’atmosphère politique dans le pays est terrible.”

Nous sommes ici aujourd’hui pour sonner l’alarme“, a-t-il également déclaré. “Demain, quand la catastrophe arrivera, vous ne pouvez pas dire que vous ne saviez pas. Il est maintenant temps d’agir avec pression, avec des sanctions afin que nous puissions forcer M. Kabila à ne pas briguer un troisième mandat et permettre des élections libres et démocratiques.