Pour le Botswana, la communauté internationale a échoué en RDC

Eric Mokgweetsi Masisi a, sur un ton de blâmes, fustigé l’attitude de la communauté internationale qui, selon lui, a laissé à son triste sort la République démocratique du Congo (RDC) qui fait actuellement face à une grave crise politique. Le monde a « laissé tomber la RDC».

“Ce que nous pouvons faire, c’est que nous, en Afrique, en particulier en Afrique australe, pouvons trouver une solution au problème de la RDC. En Angola, j’ai vu un président qui était au pouvoir depuis six mois. Nous avons parlé de la RDC parce qu’il est président de l’organe de sécurité de la SADC », a déclaré le chef de l’Etat botswanais.

Le chef d’État Botswanais a rappelé que la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) s’est réunie les 17 et 18 avril à Luanda, en Angola pour discuter de la sécurité dans la région, à la demande de Joao Lourenço qui préside la troïka de la SADC pour traiter les questions de sécurité.

“Il m’a dit qu’il allait appeler la troïka pour s’occuper de la RDC. Les tensions montent en RDC. Le président est resté au pouvoir plus longtemps que prévu et il y a de l’agitation“, a déclaré Masisi.

Le dirigeant du Botswana a reconnu que son prédécesseur, Ian Khama avait publié une déclaration condamnant ce qui se passe en RDC.

Il est encourageant de savoir que le président Kabila a déclaré qu’il ne se présenterait pas aux prochaines élections générales. Mais nous voulons l’entendre dire qu’il ne reviendra pas sur ses propos. Une partie de l’instabilité sous-jacente en RDC est que ceux qui amassent des ressources du pays le font en violation de l’Etat de droit. Ceux qui le font devraient le faire dans le cadre de la loi“, a conclu le nouveau président du Botswana.

Pour rappel, le Botswana est le premier pays Africain qui a montra sa position, appelant l’actuel président Congolais, hors mandat depuis fin 2016 à quitter le pouvoir. L’ancien président de ce pays qui a cédé démocratiquement la présidence à quelques mois de la fin de son mandat avait indiqué que le maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà du délai constitutionnel, était l’une de causes de la crise actuelle en RDC.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

La colère de l’Abbé Donatien Nshole

Tantôt en colère, tantôt désemparé, l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO a accordé une interview à POLITICO.CD, dans laquelle il fustige la classe politique congolaise.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions.