Le vice-gouverneur de l’Equateur interpellé pour viol et harcèlement sexuel

Tathy Bikamba, vice-gouverneur de l’Equateur, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo, a été interpellé au Parquet général depuis dimanche 1er avril, a annoncé à la presse par le porte-parole du gouvernement provincial, Rossy Bolekwa, cité par Radio Okapi.

Selon la radio onusienne,Tathy Bikamba est poursuivi pour viol et harcèlement sexuel. Le fait, explique-t-on, s’est déroulé samedi 31 mars. “Le vice-gouverneur aurait sollicité, auprès des parents avec lesquels il a des affinités, que la fille, 20 ans, vienne lui rendre service chez lui (…) Le vice-gouverneur Tathy Bikamba va alors inviter la jeune fille, son étudiante à l’Institut supérieur pédagogique de l’Equateur, dans un hôtel. C’est là qu’il va abuser d’elle, sous les effets des produits somnifères”

“Comme la fille tardait à reprendre conscience, le vice-gouverneur, va appeler son oncle, qui est médecin, pour venir la chercher. Les tests à l’hôpital auraient révélé qu’elle était hypnotisée et violée”, ajoute Radio Okapi.

Le vice-gouverneur nie cependant les faits et crie à “un montage en vue de le salir.”

La mise en accusation du vice-gouverneur Tathy Bikamba a d’abord fait l’objet, le même dimanche, d’un conseil de ministres, élargi au comité provincial de sécurité, a indiqué Rossy Bolekwa.

Avec RO.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Voici les neuf personnes qui pouraient être sanctionnées par l’UE

Un rapport de la Mission de l’Union Européenne en République démocratique du Congo établit une liste de neuf personnes qu’elle recommande aux sanctions.