Ituri : Des nouvelles tueries à Djugu malgré une mission du gouvernement sur place

Des villages du territoire de Djugu ont été la cible d'”une attaque, (…) on a compté 30 morts. Il y a certainement d’autres corps dans la brousse. Les recherches se poursuivent”, a déclaré à l’AFP un responsable administratif de l’Ituri, sous couvert d’anonymat. D’autres sources locales avancent un bilan plus élevé.

“Dans le village de Djo [les assaillants] ont tué 10 personnes, à Gbi il y a 10 morts et à Takpa 19 personnes abattues. Ce qui fait au total 39 morts”, a déclaré pour sa part à l’AFP Willy Pilo Mulindro, chef de la localité de Bahema-nord.

La Radio onusienne Okapi donne un bilan de 41 morts dans ces nouvelles attaques.

Selon le responsable administratif, l’attaque a eu lieu juste après le départ du ministre de l’Intérieur Henri Mova dans la région.

“Le vice-Premier ministre (ndr: ministre de l’Intérieur) est sur le terrain mais pendant qu’il est là, on continue à tuer”, s’est indigné le député Grégoire Lusenge, porte-parole du groupe des parlementaires de l’Ituri, qui reprend le chiffre de 200.000 déplacés du fait des récentes violences.

L’armée congolaise avance une autre version. “A Djo il n’y a pas eu massacre. Il s’agissait d’un groupe de voleurs venus investir le village déjà abandonné par la population. Nos forces les ont pourchassé et actuellement la situation est sous contrôle de l’armée”, a dit lieutenant Jules Ngongo, porte-parole militaire de la 32e région militaire basée en Ituri, interrogé par l’AFP.

Depuis décembre, plus de 130 personnes ont été tuées depuis la reprise des violences, selon des sources.

Un conflit communautaire entre Hema et Lendu entre 1999 et 2003 avaient provoqué des dizaines de milliers de morts jusqu’à l’intervention d’une force européenne Artémis.

Les dernières violences “sont assez différentes de celles du conflit qui oppose les ethnies Hema et Lendu depuis plusieurs décennies. Les causes peuvent être multiples et sont encore à élucider, car non clairement exprimées”, a avancé lundi la Communauté iturienne de Kinshasa (CIK) qui affirme regrouper des membres de toutes les communautés.

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Henri Mova Sakanyi, accompagné du ministre de la Défense Crispin Atama Tabe et du Conseiller spécial du président Joseph Kabila en matière de Sécurité, Jean Mbuyu, se trouvent à en Ituri depuis plusieurs jours pour élucider la situation.

Avec AFP.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.