Depuis vendredi 2 mars la nuit, la police nationale congolaise (PNC) a bouclé les périmètres d’accès aux bureaux de l’Assemblée provinciale du Bas-Uele à Buta pour exécuter la décision du ministre de l’Intérieur  suspendant toutes  les activités de l’organe délibérant jusqu’à nouvel ordre.

Cette mesure est tombée au moment où une motion de censure vise le gouverneur de province, Armand Kasumbu, depuis jeudi dernier. Une situation que dénonce les opposants qui accusent le gouvernement central de freiner la marche démocratique de cette institution.

Cependant,  pour le nouveau  vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Henri Mova Sakanyi, cette décision a été prise pour “privilégier” la stabilité des institutions. « Lors de la dernière conférence des gouverneurs, nous avons privilégié la stabilité des institutions. Il a été établi qu’à quelques mois des élections, qu’on puisse stabiliser les institutions exécutives et délibératives des provinces. Et donc c’est une obligation de maintien d’ordre public de ne pas trop secouer des autorités établies”, explique  Henri Mova Sakanyi lors de son passage ce dimanche dans la région.

“Si cela s’impose, il faut donc respecter les procédures. Il nous a été obligé de suspendre cette procédure pour en savoir plus. Je vais donc prendre contact nécessaire afin qu’on tire la chose au clair. La motion a été intempestive », ajoute-t-il.