Bertrand Bisimwa, président du M23, confirme les faits révélés du rapport publié ce lundi par l’organisation Human Right Watch, accusant le gouvernement de la RDC d’avoir saboté l’accord de paix de Nairobi.

L’organisation internationale de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch vient de publier une série de révélations accusant les autorités congolaises d’avoir recruté d’anciens rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) pour réprimer les manifestations au pays.

“Des officiers supérieurs des forces de sécurité congolaises ont recruté clandestinement d’anciens combattants rebelles pour réprimer violemment les manifestations contre lui, a établi Human Rights Watch dans un nouveau rapport.”

Selon cette organisation, les officiers ont fait venir au moins 200 anciens combattants du groupe rebelle M23 de l’Ouganda et du Rwanda voisins et leur ont donné l’ordre de tuer les manifestants si nécessaire et d’éliminer toute menace pour la présidence de Kabila.

Concernant le rapport de HWR, précisons que le gouvernement [de la] RDC a saboté la mise en œuvre des déclarations de Nairobi pour recruter clandestinement quelques déserteurs et indisciplinés radiés du m23 pour des activités que nous ignorons“, dit-il via son compte Twitter.  “Ils sont cantonnés à Kisangani et à Goma“, ajoute-t-il.

 

5 comments

  1. Nom de Dieu!
    Qu’est ce que vous voulais de notre pays si vous êtes loin de faire les choses sans tenir compte de la paix ou soit de faire souffrir la population ???

  2. Les alliances et les manoeuvres compromettantes du régime Kabila ne sont un secret pour personne. Ce régime n’a jamais hésité à recruter et instrumentaliser ceux qu’il combattait. Il l’a fait pour les FDLR à l’est du pays. Pourquoi se gênerait-il envers les dissidents du M23 ?

Comments are closed.