samedi, octobre 3, 2020
DRC
10,729
Personnes infectées
Updated on 3 October 2020 à 13:08 13 h 08 min
DRC
274
Personnes en soins
Updated on 3 October 2020 à 13:08 13 h 08 min
DRC
10,183
Personnes guéries
Updated on 3 October 2020 à 13:08 13 h 08 min
DRC
272
Personnes mortes
Updated on 3 October 2020 à 13:08 13 h 08 min

Les travaux de la CENCO vers un échec total ou une signature purement protocolaire

- Publicité-

Les différentes composantes impliquées dans les négociations sur l’arrangement particulier devant déterminer l’application de l’accord du 31 décembre 2016, ont été incapables de se mettre d’accord sur le mode de désignation du premier ministre et du président du CNSA tout au long de la plénière de ce dimanche 26 mars, qui s’est clôturée à 01 heure du matin de ce lundi 27 mars 2017, sur les mêmes divergences.

A y voir de près, il n’existe ni de véritable volonté de concession ni de respect de l’esprit et de la lettre du texte de l’accord de la Saint Sylvestre sur ces 2 points.

Pour la société civile représentée à ces assises par Christopher Ngoyi, il parait évident que la Majorité présidentielle ne veut tout simplement pas du candidat premier ministre, Félix Tshisekedi, présenté par le Rassemblement, bien que celui-ci soit le chef de la délégation du Rassemblement à ces assises et le président de cette plateforme conformément à la récente restructuration opérée après le décès du président du Conseil des sages, Étienne Tshisekedi.

Et pourtant, le Rassemblement, principal interlocuteur de la MP dans ces discussions, ne semble pas prêt à se plier à une quelconque exigence, sans base légale et sans précédent dans l’histoire du pays, en matière de nomination de premier ministre, depuis les premières élections qu’a connues le Congo en 2006.

Pour le Rassemblement, en effet , rien ne peut justifier que le même président Joseph Kabila, sous la même constitution, ait nommé 2 premiers ministres du Parti lumumbiste unifié, PALU, sans exiger à ce dernier de lui transmettre une liste de 3 noms, demande cela avec insistance au Rassemblement.

L’autre point d’achoppement dans les négociations en cours, c’est la direction du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral que l’accord du 31 décembre attribue au Rassemblement, et qui est réclamé par l’opposition signataire de l’accord du 18 octobre et le Front pour le respect de la Constitution. La MP se faufile dans cette ambiance pour exiger que le président du CNSA bénéficie d’un consensus total.

Tout ceci est ressenti par les membres du Rassemblement comme une conséquence de l’intention délibérée de l’empêcher d’occuper les postes qui lui sont attribués dans l’accord.

Malgré ces manœuvres, la Conférence épiscopale nationale du Congo qui joue le rôle d’arbitre entre les protagonistes, a clairement exprimé son opposition à toute modification de l’accord dans sa lettre que dans son esprit.

Pour certains délégués, les points de divergence seront l’objet de discussions entre le premier ministre et le Président de la République. Cependant, ceci parait inopérant, dans la mesure où, les conditions de désignation du premier ministre sont totalement rejetées par le Rassemblement des forces acquises au changement.

- Advertisement -

En définitive, 2 possibilités restent pour ce lundi 27 mars : soit, la signature de l’accord n’aura tout simplement pas lieu, soit les congolais assisteront à des signatures purement protocolaires.

De l’avis de plusieurs observateurs, le problème le plus clair semble être le refus de la Majorité présidentielle, de laisser le Rassemblement occuper les postes que lui confère l’accord.

Aline Engbe

4 Commentaires

  1. La seule source des problemes du congo c’est KABILA avec son MP ou PPRD ou encore l’AFDL nouvelle formule. La solution c’est l’ article 64

  2. congolais est congolaise eloko ya kitoko tosala ezali kaka tosala ARTICLE64 WANA EZALI ZELA YA MALAMU PONA TOZUA SOLUTION YA KITOKO PONA MBOKA NA BISO EKOMA NA VRAIS DEMOCRATIE IL FAUT KOBENGANA PPRD,,, MP,,,, AFDEL,,, NANA ALIE NA BANGO ,MIYIBI BABOMI MBOKA HEEEE BAZALI BA CRIMINELS KABILA NA BANDE NAYE IL FAUT BAKANGAMA

Comments are closed.

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...