La Belgique hausse le ton contre Kabila

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders et le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo ont “regretté” que les élections n’aient pas été organisées avant la fin du mandat du président Joseph Kabila, lundi 19 décembre, exprimant leur “profonde préoccupation face à la situation en RDC“.

Les deux ministres belges déplorent en particulier l’absence de prise de mesures de décrispation par les autorités et les nombreuses restrictions imposées aux droits et libertés qui ne contribuent pas à instaurer un climat apaisé. La Belgique appelle à rétablir sans délai la liberté d’expression, de communication, d’association et de manifestation pacifique ainsi que l’indépendance de la justice.

Disant prendre “toute la mesure de la gravité de la situation actuelle”, les Ministres Reynders et De Croo appellent tous les acteurs au “sens de l’Etat et à la préservation du caractère pacifique de toute action“.

La Belgique soutient la poursuite des efforts de la CENCO pour permettre de trouver rapidement une formule de transition et des modalités électorales qui confèrent au gouvernement transitoire suffisamment de légitimité pour faire face à la crise actuelle et aller aux élections“, ont-ils fait savoir.

Malgré les nombreuses tentatives louables de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), aucun accord inclusif n’a hélas pu être trouvé pour permettre l’organisation d’élections à brève échéance et une formule de transition inclusive dans l’esprit de la Constitution. Lundi soir, le président Kabila a procédé à la nomination d’un gouvernement de transition sans le soutien du Rassemblement, la grande coalition des opposants qui négocient avec lui sous l’égide de la CENCO.

Vu l’absence d’un accord inclusif, les relations entre la Belgique et la République Démocratique du Congo seront dès à présent réexaminées. La plus grande circonspection sera de mise pour tout nouvel engagement avec les autorités en place.  Par ailleurs, la Belgique, en concertation étroite avec l’ensemble de ses partenaires, continuera à rester très vigilante à l’égard des responsabilités individuelles dans le cadre des atteintes aux droits de l’homme et de l’obstruction du processus démocratique“, annoncent les ministres Reynders et Alexander De Croo.

Nous suivre

Recevoir nos articles par email

Ne manquez pas ceci

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

“L’Administration Trump ne croyait pas que Fayulu qui aurait pu prendre ses fonctions”: Eliot Engel

Le représentant Eliot Engel, président de la commission des affaires étrangères de…

CPI – Jean-Pierre Bemba condamné à  un an de prison et 300.000 euros d’amende

La Cour pénale internationale, CPI s’est prononcée ce mercredi 22 mars sur la peine de prison pour subornation de témoins contre l’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir par ce biais un acquittement dans son procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.