samedi, octobre 10, 2020
DRC
10,835
Personnes infectées
Updated on 10 October 2020 à 0:36 0 h 36 min
DRC
317
Personnes en soins
Updated on 10 October 2020 à 0:36 0 h 36 min
DRC
10,242
Personnes guéries
Updated on 10 October 2020 à 0:36 0 h 36 min
DRC
276
Personnes mortes
Updated on 10 October 2020 à 0:36 0 h 36 min

Bosco Ntaganda interrompt sa grève de la faim

- Publicité-

L’accusé, qui avait assuré lors d’une déclaration « être prêt à mourir », avait entamé sa grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention et accuse la Cour de ne pas lui accorder un procès équitable. Il n’est pas apparu devant les juges de la CPI depuis le 7 septembre.

« M. Ntaganda a recommencé à manger ce soir », a indiqué son avocat, Stéphane Bourgon, dans un courriel adressé à l’AFP. « Si tout va bien, son épouse sera à La Haye à partir de jeudi et elle pourra voir M. Ntaganda dans un contexte presque privé, ce qui correspond aux attentes minimum » de l’accusé.

Bosco Ntaganda avait plaidé non-coupable de treize crimes de guerre et cinq crimes contre l’humanité, dont meurtres, pillages, attaques contre des civils, viols et esclavage sexuel, commis par ses troupes en 2002-2003 en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).

L’ancien chef de guerre congolais, né en 1972, était le premier accusé a avoir jamais entamé une grève de la faim dans les prisons de la CPI.

Lundi, le juge Robert Fremr avait affirmé, en citant un expert médical, que l’accusé n’avait pas de « symptôme alarmant du point de vue physique ou mental ». M. Bourgon n’a pas précisé si son client était en état de participer aux audiences à partir de mercredi.

Dans une longue déclaration lue le 13 septembre par son avocat, l’ancien chef rebelle avait assuré ne « plus avoir aucun espoir » de voir ses enfants « dans des conditions normales ».

Cette déclaration intervenait alors que les juges avaient refusé de lever les restrictions imposées sur ses contacts avec l’extérieur, après des inquiétudes au sujet d’intimidations présumées de témoins. Les juges ont néanmoins répété que rien dans ces conditions de détention n’empêchait les visites familiales

Souvent surnommé « Terminator », Bosco Ntaganda, aurait joué avec ses troupes des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) un rôle central dans les violences ethniques et attaques menées contre les civils en Ituri.

Les conflits dans le nord-est de la RDC, qui ont impliqué les armées d’au moins six nations africaines dans cette région riche en minerais, ont entraîné des violences inouïes sur les civils, causant la mort de trois millions de personnes, selon les ONG, et créé une instabilité profonde dans l’Est congolais.

- Advertisement -

Avec AFP

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...