Contre Kabila, il faudra compter sur les mouvements citoyens

Alors que l’opposition politique peine à faire face au président Joseph Kabila, décidé à se maintenir au pouvoir, les mouvements citoyens congolais semblent incarner une  véritable armée contre le pouvoir en République démocratique du Congo. 

Il n’y a pas eu de marrée humaine. Néanmoins, la mobilisation remarquablement lancée par le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) a été largement suivie tant dans les grandes villes que dans la majorité des agglomérations congolaises.

L’événement sonnait pourtant comme un test grandeur nature pour l’opposition contre le président Joseph Kabila. Car, depuis le 10 avril dernier, aucune force politique n’a réussi à mettre ses militants dans les rues. Il fallait néanmoins compter sur le contexte, le timing et surtout, le travail abattu par le mouvement citoyen. Si la grande coalition du Rassemblement a souvent mené la dense quand il s’agit d’appeler à manifester, le vide occasionné par l’échec de la mobilisation du 10 avril a plongé les opposants dans le doute.

Pendant ce temps, les opposants politiques, dont la plupart ont rejoint le camp présidentiel dans une transition dénoncée, présentent une impuissance et manquent de stratégie claire. La coalition dirigée par Félix Tshisekedi, seule à hausser le ton, sort d’un conclave difficile où elle promet néanmoins du soufre au pouvoir.

Leçon de mobilisation au Congo

Dans ce décor, la LUCHA et sa mobilisation tombent alors comme une occasion à prendre. Claudel Lubaya, fut le premier à leur donner sa bénédiction, au lendemain de l’annonce de la mobilisation. Le jour d’après, Martin Fayulu s’y lance. Il seront suivis par Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi et la quasi-totalité de l’opposition. Le 30 juillet, alors que le pouvoir réorganise ses forces – avec des nouvelles nominations au sein de la Police et de l’armée – les regards se tournent alors vers ce mouvement qui ne manque pas d’être déstabilisé à son tour.

En effet, quelques jours plus tôt, des personnalités s’affichent sur les chaînes de télévision locales proches du pouvoir, se déclarant de LUCHA, et apportant leur soutien tantôt à la transition, tantôt au gouvernement du Premier ministre Bruno Tshibala. Les démentis du mouvement citoyens concrétiseront cette tentative de “dédoublement”, qui a déjà frappé plusieurs formations politiques de l’opposition.

Il n’y aura pas de marrée humaine, comme il a été constaté dès notre introduction. Comme souvent, dans cette relation tendue entre Kabila et la LUCHA, “arrestations” sera le mot le plus utilisé pour symboliser la journée du 31 juillet.  A Lubumbashi, à Beni, à Goma, à Kinshasa et partout ailleurs, des Congolais, en majorité jeunes, ont bravé les forces de l’ordre – des coups de feu parfois – pour appeler au départ du président congolais.

Par ailleurs, la LUCHA a réussi surtout à mettre en exergue sa machine de mobilisation: sans pareil au Congo. Là où les politiques se limitent à mobiliser que dans des grandes villes et parfois seulement à Kinshasa, sans synchronisation aucune, la Lucha, comme tant de mouvements citoyens anti-Kabila, démontre sa capacité à mobiliser de manière aussi facile et instantanée à travers tout le pays, malgré l’oppression.

Il faudra donc clairement compter sur les mouvements citoyens, qui montent en puissance et font face au régime. L’opposition en perte de vitesse, à cause notamment de ses versatilités, peut à présenter de greffer à cette dynamique pour mettre la pression au pouvoir. Une nouvelle dynamique qui lui sera utile, au vu des échéances à venir.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

6 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • Ce vaillants jeunes patriotes se sacrifient ainsi pour leur Pays et sauvegarder leur avenir contre les visees diaboliques du Boulanger-president-illegitme qui n’entend pas lacher le pouvoir qu’il ne merite pas.

    Nos pretendus opposants, d’ailleurs pour la plupart rien que de chasseurs de postes comme les Tshibala, Olengankoy, eux ne se limitent qu’aux declarations d’intentions, avant de fuir vers Addis Bruxelles ou Paris le jour “J” venu…! Bref, tot ou tard, ces vaiallants mouvements de jeunes patriotes reussiront a flechir le voyou au sommet comme ce fut le cas au Burkina.

  • NOTONS ENTRE TEMPS, QUE LA FAINEANTE MONUSCO ET SON REPRESENTANT NIGERIEN “KABILO-PHILE” MAMAN SIDIKOU S’ENFERMENT DANS UN SILENCE INEXPLICABLE – SINON COMPLICE.

    EUX QUI POURTANT DEVAIENT APPLIQUER LA RESOLUTION #2348 DU CONSEIL DE SECURITE LES ENJOIGNANT DE PROTEGER LES CIVILS CONTRE LA BARBARIE DE KABILA ET SES VOYOUS-TUEURS !

    MAIS LES “ENVELOPPES” CIRCULENT A LA MONUSCO

    • JUSQUE QUAND COMPREDRONS NOUS,CONGOLAIS QUE LE ROLE DE LA MONUSCO N´EST PAS DE PROTEGER LA POPULATION MAIS PLUTOT DE DEFENDRE LES INTERETS OCCIDENTAUX SI JAMAIS LE PEUPLE SE SOULEVAIT? On a vu la soit disant monusco laisser la population face a Nkunda Batware, jusqu aujourd hui personne ne parle de lui.
      l onu avait livrer Lumumba, etc..
      ne revons pas

  • Cet article est une représentation manifeste de la mentalité populaire des Congolais.
    Les Congolais en générale son des opportunistes, ils font montre de carence de loyauté et souvent leurs analyse sont biaisée.
    La société civile dans son ensemble est constituée des jeunes Congolais désabusé par les régimes successifs à la tête du pays et dont le bilan est négatif; Ces jeunes n’accomplissent que leurs devoir de citoyen et ce qui est tout a fait normale.
    L’opposition aussi de sa part elle contribue au même combat avec des principes divergente et c’est ça la démocratie.
    Mais dire que nous avons que la société civile pour combattre Kabila parce que les Opposant cherchent que les postes ministériels c’est oublier que si le changement tant souhaité par les Congolais s’opères tout ces jeunes vont participer au nouveau gouvernement donc en finalité ils vont occuper des postes.
    Quand l’opposition menes des actions vous êtes derriere l’opposition vous tournez le dos à la société civile et quand c’est l’inverse vous critiquer négativement l’opposition finalement quel est votre position? ne voyez vous pas que cette tergiversation d’opinion de la part du peuple permet à la Majorité présidentielle d’avoir plus de manœuvre de manipulation?
    Si Mazembe gagne les match vous êtes pour lui et si il perd vous insultez les joueurs et le coach!!!
    L’OPPORTUNISME :
    est une conduite qui consiste à tirer le meilleur parti des circonstances, parfois en le faisant à l’encontre des principes moraux.

    La LOYAUTÉ :
    est une qualité morale. La loyauté est le dévouement envers ses engagements (cause, personne) et à obéir aux règles de probité.
    probité Qualité de quelqu’un qui observe parfaitement les règles morales, qui respecte scrupuleusement ses devoirs, les règlements, etc.

    BIAISÉ :
    Se dit de quelque chose qui est déformé, fallacieux, détourné de son but originel :
    Débat biaisé. Se dit d’une observation présentant une distorsion systématique, d’un raisonnement fondé sur une telle observation.

  • Félicitations! LE MESSAGE EST PASSE. Pour qu’il y ait INCENDIE, tout commence par la fumée et il ne reste que le vent pour souffler à cette fumée, puis, hop!

  • Bravoooo aux jeunes de LUCHA pour leur courage d’avoir bravé la répression et la barbarie du pouvoir à Kinshasa, kisangani, Lubumbashi, Bukavu, Goma, Butembo, Beni et autres….Avec une opposition qui va en ordre dispersé il sera de plus en plus difficile à cette opposition de mobiliser la rue.


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :