Isabelle Ebambi Kalatayi: Kabila, la politique et moi

Jeune, technocrate et Kabiliste. C’est la combinaison atypique qu’offre Isabelle Ebambi Kalatayi. RENCONTRE.

Il est midi. Le soleil est comme d’habitude à son zénith à Kinsasa, la chaude capitale de la République démocratique du Congo. Nous sommes ici au siège de la Ligue des Jeunes du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), le parti dont l’initiateur est le Président Joseph Kabila, alors qu’il n’avait à peine 29 ans, à son arrivée au pouvoir. Une dame vient de faire son entrée, sourire resplendissant aux lèvres. La petite pointe de cheveux blancs sur son front n’arrive cependant pas à cacher sa vitalité de jeune. Il s’agit d’Isabelle Ebambi Katalayi, dans une carrure  de femme d’Etat…cristallisant ici tous les regards.

Après une petite séance d’échanges de courtoisies, elle nous explique, dans une diction très européanisée, qu’elle est ici pour « offrir un accompagnement à ces jeunes. » Elle fait en effet allusion à une trentaine de jeunes de ce parti venus pour suivre une formation qui vise à les aider à trouver de l’emploi et s’imprégner de l’esprit entrepreneurial. Un programme ambitieux initié il y a à peine quelques mois par le Secrétaire Général du PPRD, le professeur Henry Mova Sakanyi.

Entourée de ces jeunes, ce haut cadre de l’Office nationale de l’Emploi (ONEM) semble visiblement être dans son élément. En effet, bien avant de se mettre au service de ses camarades de la jeunesse du PPRD, sous la direction du président de la ligue des jeunes du PPRD Patrick Nkanga, Isabelle Ebambi Katalayi est une vraie professionnelle des Ressources humaines. Elle s’est par ailleurs fait connaître grâce son cabinet spécialisée en Ressources Humaines, et sa revue « Madame Emploi »un média de grande envergure en République démocratique du Congo.

Cependant,  outre sa passion pour les Ressources Humaines, celle que l’on surnomme désormais « Madame Emploi » s’affectionne également de la politique, qu’elle est d’ailleurs entrain d’apprendre, révélé-t-elle.  Quant à savoir les raisons qui l’ont poussé à embrasser ce domaine surpeuplé majoritairement par la gente masculine, elle rétorque, d’un ferme: « Joseph Kabila! » « Je ne saurais pas le dire clairement, mais je crois que voir un compatriote, jeune comme moi, porter la charge de ce pays à ce point sur ses épaules, cela inspire du respect! Et ça me pousse à le soutenir, à croire en lui… c’est plus fort que moi« , enchérit-t-elle.

Isabelle Ebambi a été portée au directoire de la Ligue des Jeunes du PPRD l’année dernière, au poste Vice-présidente chargée de l’Emploi et des désoeuvrés. Aux côté de Patrick Nkanga, et 20 autres passionnés… ces jeunes, Kabilistes dans l’âme, se posent en parfait relais à la vieille garde du Kabilisme. Les enjeux politiques du moment, l’alternance à la tête du pays, l’apport de femmes et de jeunes dans la politique…  Mme Isabelle Ebambi Katalayi se confie à POLITICO MAGAZINE.

POLITICO Magazine : Bonjour Mme Katalayi, comment fait-on pour quitter les affaires et finir par devenir politicienne et surtout, pourquoi le PPRD, pourquoi Joseph Kabila?

Isabelle Ebambi: la politique est venue à moi à petite dose, bien que j’ai toujours eu un intérêt significatif pour les questions concernant la gestion de la cité. Et je crois que j’ai fini par développer une véritable passion à œuvrer pour l’intérêt général. Servir les autres, travailler dans le but de transformer la société, rendre au pays ce qu’il m’a donné (une culture,une histoire…). Tout cela fait partie des raisons qui m’ont conduit à m’engager en politique.

Pourquoi Kabila? Pourquoi le PPRD? Pourquoi maintenant? Surtout lorsque l’on est jeune comme vous ?

Comme je viens de le dire précédemment, les questions politiques m’ont toujours intéressé. Je n’ai pas débuté ma courte carrière politique en 2017 mais en 2010. Et le président Joseph Kabila Kabange en est sûrement pour beaucoup.  Je ne saurais pas le dire clairement, mais je crois que voir un compatriote, jeune comme moi, porter la charge de ce pays à ce point sur ses épaules, cela inspire du respect! Et ça me pousse à le soutenir, à croire en lui… c’est plus fort que moi.

Aussi, supposons que je veuille entamer aujourd’hui une carrière politique en RDC. Ne voyez-vous pas les raisons?  La classe politique de notre pays accuse un déficit en terme de représentation féminine dans les instances de l’Etat. Nous devons œuvrer pour qu’il y ait une vraie parité. Pour se faire, nous les femmes devons prendre nos responsabilités et ne plus refuser la dureté du combat politique.

Nous sommes appelés à prendre le relais de nos prédécesseurs. Mais pour que le relais soit transmis dans les meilleures conditions, les jeunes doivent dès à présent comprendre leur importance dans la société et se battre pour l’avancement de notre pays. Notre démocratie est jeune. Elle a besoin de toute les forces vives pour qu’elle respire et devienne une création congolaise.

D’autres jeunes vous liront sûrement, comment peut-on s’engager en politique?

L’engagement peut revêtir plusieurs formes. La première chose c’est l’adhésion à une vision. Et moi j’ai choisi celle du PPRD, qui me rassemble le plus! L’adhérant est à la base même du fonctionnement interne au PPRD, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des partis politiques. On devient un témoin privilégié de la vie publique.  Deuxièmement l’action militante! Le militant n’est pas qu’un simple figurant ou une personne qui porte les drapeaux pendant les manifestations. Le  militant est le véritable moteur de l’action qui crée la dynamique permettant d’aller vers les citoyens pour expliquer la décision du parti, les décisions prises, attirer d’autres militants à adhérer à l’idéologie du parti. Enfin la présentation au suffrage universel, la démocratie ! C’est pour moi, la dernière étape est l’engagement ultime car des hommes et des femmes décident de proposer leur vision, de se mettre au service du peuple. Cette dernière ne se réalise pas en général sans les jeunes. Et à ce juste titre, oui! Je suis du PPRD, le seul parti en République démocratique du Congo qui soit réellement démocrate.

Que pensez-vous de la situation générale de la femme congolaise dans le domaine de la politique? Que pensez-vous du principe du quota pour les femmes dans la vie politique?

Le principe du quota des femmes repose sur l’idée que celles-ci doivent être présentes, selon un certain pourcentage, dans les divers organes de l’État, que ce soit sur les listes de candidatures, dans les assemblées  parlementaires, les commissions ou le gouvernement…. Avec le système du  quota, ce ne sont pas les femmes elles-mêmes qui ont la charge du  recrutement, donc il est primordial que les femmes puissent aussi se préparer par les compétences , les connaissances et tous les pré-requis pour occuper toutes ces fonctions que nous « femmes » réclamons.

L’objectif fondamental d’un quota est de recruter des femmes aux postes politiques, de manière à assurer leur présence effective. Les femmes  ont droit, en tant que citoyennes, à une représentation équitable (citons également l’argument, utilisé par les féministes françaises notamment, selon lequel tout quota différent de 50% n’est pas justifiable car les femmes constituent la moitié de l’humanité).

Le système de quotas a pour objectif d’augmenter sensiblement la représentation politique des femmes et pour qu’un système de quota porte ses fruits, il faut :

  • Que les partis politiques s’impliquent activement dans le recrutement  d’un nombre suffisant de femmes qualifiées pour satisfaire le quota;
  • Une masse critique de femmes, et non pas quelques membres alibis, qui soit suffisante pour exercer une influence sur la règle et le comportement politique ;
  • Des femmes dont la force de persuasion personnelle ou la position  féministe spécifique peut influencer le processus de décision.

Ce sont des éléments importants, le Chef de l’Etat Joseph Kabila l’a bien compris en insistant sur la représentativité des femmes et des jeunes dans les listes électorales. Il accorde lui aussi une pleine confiance en ces femmes politiques, qu’il choisit de préférence pour leurs compétences dans le domaine.

Vous avez sans doute constaté aussi que depuis son avènement à la tête du pays, il a fait nommer plusieurs femmes dans les différents gouvernements et à des postes de décisions (Entreprises publiques). Et cela encourage énormément l’entrée des femmes  et surtout des jeunes en politique.

Un mot sur l’engagement des femmes en politique?

L’engagement des femmes est indispensable d’abord pour la simple raison qu’elles constituent la moitié de la société donc doivent être considérablement représentées à tous les niveaux, ensuite parce aujourd’hui beaucoup de femmes possèdent des compétences de haut niveau « aussi », qu’elles débordent d’énergie et qu’elles ont un savoir-faire dont le pays ne peut pas se passer.

En temps “normal”, je ne suis pas favorable à la discrimination positive. Cependant, le constat d’une prééminence de la misogynie dans la classe politique et dans la société plus généralement me font pencher pour cette nécessité. Je pense donc que la parité s’impose pour parer aux travers de notre société.

La situation politique actuelle en RDC en 8 mots?

CENCO, Consensus, Étienne Tshisekedi, Rassemblement, MP, Bipolarisation, Élections.

Et donc pour conclure?

Nous demandons hommes de nous encourager, de nous accompagner dans ce choix qui est parfois difficile, beaucoup de femmes sont compétentes, possèdent les atouts pour s’engager en politique mais rien que de penser que c’est un monde cruel décourage ainsi que toutes les idées préconçues de la « femme politique ». Et aux femmes de se soutenir et s’encourager entre elles. Le système de quota est une bonne chose dans la mesure où il est appliqué comme de la discrimination positive. Mais il faudra veiller à ce que cela ne limite pas les ambitions de femmes à seulement 50%. Je pense que les femmes doivent au final être considérées au même niveau que les hommes dans l’échiquier politique nationale.

2 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • des emploi pour quel societe? cela probangande de PPRD tout ca pour doctrine les jeune au congo bande des voleur , nous ne voulons pas votre politique des mensoge, PPRD degage

  • Bonjour Mme Katalayi:veuillez m`excuser, vraiment tu joue avec nous si c`est le mot que je peux ecrire quel emploi? dans quel pays? ma chere courage maisun jour tu vas le regertter