La décision a été prise par le vice premier ministre et ministre de l’intérieur Henry Mova suite aux récentes altercations lors d’une plénière le 30 mars dernier.

Selon le député Fabrice Puela élu du Kongo central contacté par Politico.cd le jour meme de l’incident, l’on avait enregistré un mort parmi des jeunes venus perturber l’ouverture de la session parlementaire.

Le député a poursuivi que ces jeunes auraient été manipulés par le gouverneur de la province pour empêcher l’examen d’une motion qui le visait.

La mesure du vice premier ministre et ministre de l’intérieur ne era levée qu’après des enquêtes lancées pour établir les responsabilités