La décision a été prise à l’issue d’un Conseil des ministres ce vendredi 10 mars à Kinshasa. Le leader de l’opposition, Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier peut être inhumé “dans un site urbanisé habité”, contrairement au souhait de sa famille et de son parti, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Par ailleurs, le gouvernement explique avoir pris en charge le voyage de la délégation de la famille vers la capitale belge, Bruxelles, pour les préparatifs des obsèques ainsi que les veillées funéraires organisées à Kinshasa par l’UDPS. Aucune date n’a été toutefois communiquée.

La famille du feu président du Rassemblement et l’UDPS ont annoncé jeudi envisager désormais un enterrement à Bruxelles où le corps du défunt est gardé depuis son décès. Son frère, Mgr Gerard Mulumba qui s’est confié à la VOA, explique c’est soit cette option, soit devant le siège de son parti l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) comme l’exigent ses partisans.

A mon retour à Kinshasa, j’ai trouvé que la base de l’UDPS, et même toutes les autres personnes n’acceptaient pas qu’Etienne (Tshisekedi) soit enterré au cimetière de la Gombé. C’est pour cela que j’ai vu les autorités pour leur signifier le refus“, explique-t-il au média américain, affirmant avoir même fait l’objet des menaces de la part des partisans de l’UDPS pour avoir accepté au préalable la proposition du pouvoir.

Pourtant, soutient-il, “nous (NDLR : la famille) sommes fatigués de ce problème mais si ça traîne ce n’est pas à cause de nous mais c’est parce que nous avons trouvé un blocage auprès des autorités“.

Nous ne voulons pas que la situation continue. D’ailleurs, les membres de la famille qui sont à Bruxelles sont vraiment fatigués, c’est pour cela qu’ils étaient déjà d’accord pour l’enterrer à la Gombe, malgré eux“, affirme-t-il. Selon l’évêque de Mweka, il pourrait y avoir de nouvelles negociations avec le gouverneur de Kinshasa qui rentrera de voyage dans deux jours.

Si les autorités refusent, il faut que nous puissions considérer l’option de l’enterrer en Belgique“, soutient Mgr Mulumba.