Pour lui, l’UDPS (le groupe parlementaire constitué des bannis du parti d’Etienne Tshisekedi, NDLR)  est la colonne vertébrale du Rassemblement et Samy Badibanga en est le président à l’Assemblée nationale. Intervenant sur les ondes de la radio Top Congo, Me Mbayo estime que si l’UDPS récuse ses députés, elle ne peut pas non plus prétendre obtenir la primature au cas contraire, cette question a déjà été réglée.

A en croire ses propos, les pourparlers directs au centre interdiocesain se tiennent en vertue de l’article 24 de l’accord politique du 18 octobre signé à la cité de l’UA. Pour le MIR Stanley Mbayo, cet accord sert de document de travail aux échanges de l’interdiocesain. Nommé sur base de cet accord, rien n’indique que Samy Badibanga sera remplacé par quelqu’un d’autres, pense-t-il. Selon cet élu du peuple, les discussions à l’interdiocesain tournent principalement autour du processus électoral.

La réplique n’a pas tardé. Sur la même radio, Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS, déclare que son parti n’est pas concerné par ces affirmations. “Ces gens-là ne font pas partie du parti compte tenue de tout ce qu’ils ont fait. Ce n’est pas aujourd’hui, à 48 heures de la fin du mandat de toutes les institutions, qu’il vienne nous raconter ces histoires. Ce monsieur-là (NDLR: Stanley Mbayo) ne défend pas la république. l’UDPS n’est pas concernée par ce qu’il dit“, cogne-t-il.