Le Conseil de sécurité de l’ONU invite le président de la CENCO

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adressé une invitation à Marce Utembi à la prochaine session qu’elle tiendra sur la situation politique en République démocratique du Congo. 

Dans une lettre adressée à Mgr Marcel Utembi Tapa, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo  (CENCO), Matthew Rycroft, président du Conseil de Sécurité, organe suprême de l’Organisation des Nations Unies, invite le dirigeant catholique à une session qui sera organisée le 21 mars prochain autour de la situation politique en République démocratique du Congo.

« Le Conseil estime qu’il tirerait profit de vos connaissances et perspectives sur la situation actuelle au pays« , a dit l’officiel onusien dans sa lettre datée du 3 mars dernier.

Le président de la CENCO a haussé le ton jeudi pour dénoncer le retard lié aux discussions autour de l’arrangement particulier pour l’application de l’accord signé le 31 décembre dernier entre le Pouvoir et l’Opposition. Mgr Marcel Utembi a exhorté , à la reprise ces pourparlers, majorité et opposition à cesser leurs « marchandages » et à travailler à l’application de l’accord de cogestion du pays et à l’organisation de la présidentielle.

« La finalité de l’accord du 31 décembre 2016 est l’organisation des élections, pour permettre au peuple de se choisir de nouveaux dirigeants par les urnes« , a martelé avec force jeudi Mgr Marcel Utembi, président de la Cenco, lors de la cérémonie de relance des pourparlers. « Il est curieux et inadmissible que les travaux sur ‘l’arrangement particulier’ (composition et mode de désignation du conseil de suivi, composition du gouvernement, modalités de nomination du Premier ministre, ndlr) prennent plus de temps que les négociations sur l’accord proprement dit« , s’est-il indigné.

 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît,.

2 Commentaires

Cliquez-ici pour commenter

  • msgr Utembi,il n’y a rien de curieux, on a juste affaire à des bandits politiques de deux côtés,comment qualifierez vous les comportements des gens comme olenga, tshibala, kimbuta, mende,tambwe, kamerhe, matungulu et consorts?si vous appelez ca politiciens, moi j,appelle ca politichiens!
    merci

  • Mgr,
    Le constat que vous faites et qui vous conduit à vous indigner, fait dissiper le doute sur la détermination du pouvoir, illégitimément en place à ne pas appliquer l’accord signé le 31 décembre 2016.


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :