Dans un courrier daté du 9 mars adressé au ministère des Affaires étrangères de la Zambie, et dont POLITICO.CD s’est procuré une copie, le gouvernement congolais est ahuris de constater que son voisin zambien puisse accorder le visa à l’opposant Moïse Katumbi, alors que les deux pays entretiennent de bonnes relations de longue date.

” Comme le sait le gouvernement ami et fraternel de la République de Zambie, M. Moïse KATUMBl CHAPWE manifeste un comportement susceptible de compromettre la paix, la stabilité et le bien-être du peuple congolais“, affirme ce document écrit en anglais, et que nous n’avons toutefois pas pu authentifier.

Six points sont avancés, toujours dans ce document, comme griefs contre l’opposant congolais:

  1. Il s’est proclamé ennemi numéro un au Président de la République, Son Excellence  Joseph KABILA KABANGE;
  2. Il a voyagé partout dans le monde pour plaider pour l’arrestation les autorités congolaises;
  3. Il pousse la communauté internationale à prendre des sanctions contre les institutions de la République démocratique du Congo;
  4. Selon des sources concordantes, il est disposé à constituer une milice chargée de la déstabilisation des institutions de la République démocratique du Congo;
  5. Il pousse la population congolaise à un soulèvement qui risque de plonger la République démocratique du Congo dans des pays dans un chaos indescriptible
  6. Il est susceptible d’être poursuivi devant les autorités judiciaires République Démocratique du Congo.

Selon Jeune Afrique, un diplomate zambien qui a requis l’anonymat a réagi à cette lettre écrite par l’Ambassadeur congolais à Lusaka, déclarant à son collègue diplomate de Kinshasa que rien les interdit de délivrer un visa de séjour à un opposant étranger dès lors que sa culpabilité ne lui est pas encore dite par la justice.

Les autorités congolais sont restées injoignables aux appels de POLITICO.CD.

La lettre