L’UDPS en pole position pour obtenir la Primature

Deux déclarations et une visite chez Tshisekedi cet après-midi ont accéléré les choses au Rassemblement au sujet de la Primature où l’UDPS semble finalement obtenir gain de cause. 

Le G7 a volé au secours de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) en annonçant ce samedi 07 janvier qu’il soutiendra le candidat du parti d’Etienne Tshisekedi à la Primature, dans le cadre des accords du 31 décembre dernier, décrispant un peu une situation jusqu’alors tendue au sein du Rassemblement.

En effet, l’annonce de Félix Tshisekedi concernant une décision de « céder » le poste du Premier ministre du gouvernement de transition à l’UDPS a créé quelques remous au courant de la semaine, alors que plusieurs plateformes composant le Rassemblement ont soit démenti l’information, soit affirmé vouloir présenter leur propre candidat.

Finalement, après la sortir hier d’Olivier Kamitu qui, tout en affirmant que la question « n’est pas encore réglée », soutenannt néanmoins « le droit » de l’UDPS à ce poste, Pierre Lumbi, président en exercice du G7 est monté au créneau cet après-midi pour annoncer le soutien de son groupement politique à un candidat du parti d’Étienne Tshisekedi, se réservant toutefois « un mot à dire » sur le « critérium » du candidat.

Quelques heures après cette annonces, les cadres du G7 ont également rendu visite à Etienne Tshisekedi à sa résidence de Limete, au centre de la capitale congolaise où ils ont longuement échangé.

Pendant ce temps, l’Alternance pour la République (AR), une autre composante du Rassemblement a également apporté son soutien à l’UDPS.

Toutefois, la Dynamique de l’Opposition, qui a promis de présenter son propre candidat Premier ministre, n’est toujours pas revenue sur sa décision. Aussi, le Rassemblement doit toujours obtenir un accord avec le Front pour le Respect de la Constitution, dirigé par le MLC, alors que le choix du candidat, même au sein de l’UDPS reste une démarche difficile.

Néanmoins Etienne Tshisekedi qui va vraisemblement dirigé le Comité de suivi des accords du 31 décembre n’est pas obligé de présenter un candidat seulement issu de son propre parti.

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter