C‘est dans l’Est de la capitale congolaise que ce mouvement de panique a commencé tard dans la nuit du lundi au mardi 20 décembre. Dans ce district de la Tshangu, le pluspeuplé de Kinshasa, des habitants se sont mis à siffler et chanter des chansons hostiles au président Joseph Kabila dès 23h (le lundi) pour, affirment des témoins, demander le départ du Président congolais.

En effet, l’opposition congolaise a promis “un carton rouge” au Président Kabila pour qu’il quitte le pouvoir à l’issu de son deuxième et dernier mandat ce mardi 20 décembre 2016. Ces bruits, un concert de sifflets, ont été amplifiés à l’annonce de la nomination du gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga peu après mardi minuit.

Outre les sifflets, des tirs sporadiques sont rapportés dans ce coin de la capitale congolaise, sans toutefois que l’on sache avec certitude les raisons exactes de ces coups de feu. La même situation est observée Kingabwa, Yolo, à Kasa-vubu, et à Kintambo.

A Barumbu, des sources concordantes affirment que des jeunes ont brûlé de pneus, tout en barricadant des ruelles.

Aucun mouvement de foule n’est cependant signalé dans les rues.