L’information annonçant que la CENCO aurait refusé de recevoir une délégation du président du Conseil des sages que je suis est archi-fausse“, a entonné l’opposant congolais joint au téléphone par POLITICO.CD, alors que plusieurs sources ont en effet rapporté une telle situation cet-après midi dans la capitale congolaise.

Même son de cloche du côté de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui dément avoir prévue une quelconque rencontre avec le camp Olenghankoy et “encore moins avoir refusé de les rencontrer.

La CENCO a reçu hier dans la soirée une délégation du Rassemblement composée certes des deux camps qui s’entre-déchirent désormais pour le leadership au sein de cette coalition qui devait se trouver un leader depuis la mort d’Etienne Tshisekedi.  Pierre Lumbi et Félix Tshisekedi ont été désignés à la tête de la plateforme, alors qu’une autre parti boude ce qu’elle qualifie de “passage en force”. Depuis, le Rassemblement semble afficher deux têtes, d’une part, le duo Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi soutenus par l’UDPS, le G7, l’AR et d’autres, l’aile Olenghankoy soutenue par quelques cadres de l’UDPS, la coalition des alliés d’Étienne Tshisekedi et autres.

Par ailleurs, Joseph Olenghankoy, qui affirme être un “homme d’Etat”, annonce qu’il va rencontrer les évêques de la CENCO “très prochainement” dans le cadre de l’application de l’acord du 31 décembre.