Stéphane Mashukano et Jules Bigiriza, respectivement président urbain et chargé de la mobilisation de l’Union pour la Nation Congolais (UNC) à Goma, ont démissionné du parti samedi 3 décembre. Ce lundi, 05 décembre, deux autres membres leur ont emboîté le pas. Il s’agit de Nikola Tshibuha Kyahi et de Tina Luanda Baeni, toujours de Goma, dans la capitale du Nord-Kivu.

Pour autant, les responsables de ce parti de l’opposition congolaise ne s’alarment pas. “Ces personnes dont vous parlez ne méritent même pas qu’on leur fasse une publicité, parce qu’elles ne sont même pas des très hauts responsables“, réagit Jolino Makelele, Porte-parole du parti de Vital Kamerhe.

Pour ce cadre de l’UNC, il sied de noter qu’aucun “haut cadre” de l’Union pour la Nation Congolaise n’a démissionné de son poste, refusant par ailleurs les accusations de violation de la constitution emmenant de ces transfuges.

Par ailleurs, M. Makelele qui affirme que son parti s’attend toujours à la fin du mandat du président Joseph Kabila le 19 décembre prochain, mais reste “républicain” en respectant la décision contestée de la Cour constitutionnelle du maintien du Chef de l’Etat en fonction.

Joline Makele affirme que son parti soutient la médiation initiée par les évêques de la CENCO “dans le but de trouver un accord plus global”, qui, rappel-t-il, s’inscrit dans l’esprit de “l’inclusivité de l’accord obtenu le 18 octobre dernier à Kinshasa.

Jolino Makelele au micro de Jean-Hilaire Shotsha. 

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/296379261″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]