La rencontre était attendue. Tant, depuis plusieurs mois, des rumeurs de dissensions autour du « dauphin », successeur attitré, ont empoisonné cette majorité au pouvoir depuis 2006. Le peu que l’on puisse dire, Joseph Kabila a surtout tenu à interpeller ses « soldats », les appelant à la discipline et à la mobilisation.

Parmi les nombreux points qui ont suscité des acclamations, durant cette rencontre à huis clos et où la presse n’a été conviée, le Président congolais a tenu d’abord à rassuré sa famille politique.

«N’ayez plus aucun doute. Soyez détendus. Allez de l’avant. Persévérez », appelle-t-il, à en croire l’ancien ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba. «Tel que je vous vois là, assis devant moi, je ne vois pas une autre famille gagner ces élections…», ajoute le président Kabila.

Au sujet du processus électoral justement, le Chef de l’Etat a d’abord confirmé son engagement pour la tenue des élections conformément au calendrier publié par la Commission électorale nationale Indépendante (CENI) » « si tout va bien ». « Les élections, dit-il, ont lieu le 23 décembre si tout se passe bien ».

Il dénonce par ailleurs l’audit du fichier électoral tel qu’exigé par l’opposition et la communauté internationale « Mais voilà déjà qu’on réclame son audit. Pourquoi l’audit du fichier alors que la loi est déjà promulguée (le 8 mai 2018), que les que le dépôt des candidatures est prévu au mois de juin », fait-t-il remarquer.

Alors que l’ONU s’inquiète du financement de ces élections, le Président rassure : « Le problème ne se pose même pas».