Dans une lettre adressée aux représentants de cette société d’origine belge, anciennement connue sous le nom de Sabena, l’autorité congolaise d’aviation civile lui notifie sa décision de réduire le nom de ses vols vers la RDC de 7 à 4 par semaine.

Faute de réciprocité dans l’exploitation des services aériens internationaux entre la République démocratique du Congo et le Royaume de Belgique, le nombre des fréquences aériennes allouées à votre compagnie Aérienne Brussels Airline est réduit de sept (7) à quatre (4), à partir du lundi 05 février 2018“, annonce cette lettre du 3 février 2018.

Kinshasa a haussé le ton contre Bruxelles le mois dernier après des sorties des officiels belges critiquant le régime du président Kabila. Le 25 dernier, le Ministre congolais des Affaires étrangères She Okitundu a envoyé une note demandant à la Belgique de mettre fin aux activités de la nouvelle agence belge de développement (Enabel) qui a remplacé la coopération technique belge (CTB). Le document demande aussi le démantèlement du dispositif consulaire appelé « Maison Schengen ».

Toutefois, la compagnie appartient à un groupe allemand. En effet, en juin 2009, la Brussels Airlines était détenue à 45% par Lufthansa, la première compagnie aérienne européenne en nombre de passagers. En décembre de la même année, elle intègre Star Alliance, s’appuyant sur un large réseau de compagnies aériennes pour assurer de nombreuses destinations à ses passagers, avec plus de 300 vols quotidiens ponctuels qui relient Bruxelles de plus de 60 destinations. Puis en janvier 2017, elle est rachetée à 100% par Lufthansa.