Les députés de l’opposition ont suspendu ce vendredi 1er décembre leur participation à la Commission Politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale autour des travaux d’examen du projet de loi électoral, rapportent des sources concordantes.

Toussaint Alonga de la Nouvelle dynamique de l’opposition et membre de cette commission a dénoncé, au cours d’une conférence de presse, ce qu’il qualifie de dispositions liberticides contenues dans ce  projet de loi. «Premier blocage, c’est l’exclusion de certaines catégorie des Congolais, qui ne pourront plus prendre part aux élections. Quand vous prenez l’article 105, on a élargi les séries de condamnations, alors que la constitution parle seulement de condamnations pour une infraction intentionnelle », a-t-il indiqué.

Aucune interdiction contre Katumbi

Toutefois, la nouvelle loi électorale ne modifie par l’article 105 et celui-ci ne traite nullement de la question de l’éligibilité à la présidentielle. Cette question, comme le constate POLITICO.CD après consultation de l’ancienne et la nouvelle loi, est traitée à l’article 10.

Dans la nouvelle loi, cet article 10 garde les mêmes conditions, à savoir 8 interdictions pour lesquelles l’opposant congolais Moïse Katumbi reste pour l’instant non concerné. Parmi ces conditions, il y a notamment la condamnation irrévocable pour crimes contre l’humanité mais aussi toute condamnation qui prive de droits civils.

Moïse Katumbi n’est nullement concerné par une quelconque interdiction, il reste candidat aux élections et portera la voix du peuple congolais“, confirme un proche de l’ancien gouverneur du Katanga joint vendredi par POLITICO.CD.

Pour ce proche, qui a requis l’anonymat, même au sujet du procès en cours contre M. Katumbi, il n’y a eu de condamnation privant à ce dernier ses droits civiques, dénonçant par ailleurs un procès bidon.  “La nouvelle loi électorale ne disqualifie pas Moïse Katumbi. Quoi qu’il arrive, le peuple congolais ne laissera pas faire une élection où Moïse Katumbi n’est pas librement candidat“, ajoute-t-il.